IN MEMORIAM LUDOVIC JANVIER


d8272870e30f0d245dc6fa1b4be58ba7

 

IN MEMORIAM LUDOVIC JANVIER

 

Le poète Ludovic Janvier vient de disparaître, ce 20 janvier 2016.
On peut lire plusieurs extraits de ses œuvres dans Poezibao, ici repris partiellement (pour les lire en entier cliquer sur le lien) et augmentés de deux nouveaux textes.

extrait 1 :
Neige dehors neige dedans
neige lente sur les frissons
neige noire à crever les yeux

extrait 2 :
il y a la Manse et il y a l’Amance
émincés d’aube au rythme du sang
il y a la Sombre il y a la Sambre
tranchées de jour où la nuit fait fleur
il y a Dourdon il y a Dordogne
où le clair enfoui sonne caverne
il y a la Glane et il y a la Grane
où l’eau simple est gravière d’éclats

extrait 3 :
Ramuz écrit que la pensée remonte les fleuves. Qui les descend, c’est la rêverie.
Sans doute quelque part un gourmand de rivière et de langue aura-t-il déjà dit que rivière et rêverie (presque anagramme et mieux qu’anagramme) sont comme les deux faces opposées d’un bruit semblable et qu’on aurait accolées pour jouer avec. Mises en regard pour se laisser descendre au fil du rêve.

extrait 4 :
on est fendu par la frontière
entre balance et suspens
le secret s’avance d’un pas
le jour se lève sur parler

ext. 5 :
La Loue à Quingey, La Loue à Ornans
claire et noire en même temps
gorgée de silence et gorgée d’herbe

ext. 6 :
Pont du Nord ou pont de Nantes ou pont d’Avignon, le bal dessus la mort dessous, c’est la fête à l’aplomb du noir qui passe, être puni pour ça, tomber, tomber à l’eau, la rivière est un lit pour les pucelles et les rieuses, celles qui dansent et celles qui chantent sans écouter la loi qui range ni sans entendre la fin venir.

Voyez le matin comme il me prépare
et l’herbe du pré si elle m’attend
voyez l’eau du lac comme elle me pense
et le bleu du ciel s’il donne à vouloir

voyez le chemin comme il part de moi
si l’eau du ruisseau promène ma soif
voyez comme l’ombre a choisi mes mots
et si le caillou me ramène au temps

voyez l’horizon comme il me rattache
si les vols d’oiseaux m’apprennent partir
voyez la forêt comme elle m’écoute
et si le silence est fait de ma voix

Ludovic Janvier, Une Poignée de monde, Gallimard, 2006, p. 22

4.
A moins qu’en tout dernier lieu je me renverse
– est-ce qu’il va s’arrêter choisir – me renverse
dans le lac en regardant les montagnes bleuir
disant Après tout non c’est plutôt là
calmement sur le dos que je vais attendre
le coup de grâce en faisant quoi la planche
l’œil au ciel et sinon l’œil au ciel
du moins l’œil au plafond son ersatz
toi qui rêvais de pardon en écoutant Mozart
plus de Mozart rien que le bruit du sang
accompagnant le bruit du sang rien que le clapotis
du lac bleu qui vous vide en douceur
Annecy le monde et la vie à venir
disparus tout là-bas de la mémoire enfin légère.

Ludovic Janvier, La Mer à boire, Poésie/Gallimard, 2006, p. 76.

Source Poezibao

2 réflexions sur “IN MEMORIAM LUDOVIC JANVIER

  1. BÊTE À RESSAC

    Pleurer fatigue face à la mer
    on a l’air bête à cause du ressac
    on ne s’entend ni jurer ni gémir
    hurler revient dans la figure
    une respiration brute à haute voix
    cogne la rage et la disperse
    infime sur l’énorme instant
    où tu restes planté sans regard
    seul vivant debout sur la plage
    oublié là par l’infini

    Ludovic Janvier

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.