MÛTINS BLEUS 10


Si cela ne tenait qu’à un fil

La tresse en serait plus serrée que la mèche enrubannée à la merci du premier vent

Au plomb du citron la journée ploie gaiement sa branche

Sur laquelle plument toutes les couleurs d’envol

Je sais la forte pierre qui s’applique au gué en ricochets étirés

Et la lance comme l’élan du cheval galopant en lice vaincre pour la rejoindre

Afin que le sol qui nous porte résonne des fragrances des pouls unis

Peaux nouées

Tempo t’aime-t’aime

De l’aurore vierge…

Niala-Loisobleu – 20/05/19

 

5797090891

5 réflexions sur “MÛTINS BLEUS 10

Les commentaires sont fermés.