Fermer

Aux funérailles au funambule


Aux funérailles au funambule

 

Paroles : Allain Leprest et Jacques Bertin ;

Aux funérailles au funambule
chacun viendra poser l’enclume / la pluie
le pape apportera sa bulle
et malgré la grève du rail

si près du cyprès et de l’onde
chacun viendra asseoir son monde
et boire à cet enfant trop beau
tombé de haut

chacun viendra lever son verre
à nos amitiés libertaires
aux étoiles qui vont se taire
dans la main du grand diamantaire

à toutes ces notes futiles
à nos ardoises sur nos tuiles
à nos comment et nos faut-il
écrire la chanson de plus ?

qui crie au fond de l’autobus
et aux verres trop vite bus
aux amitiés trop vite lues
aux rythmes trop vite perdus

à la prochaine mon amour
à toi seule dont les doigts courent
sur mon ardoise chaque jour
à la proche haine à toujours

je cache en mes doigts consumés
un âcre parfum de fumée
dans les ruines du verbe aimer
une ultime rime à  » toujours  »

à nos amours à la prochaine
la proche haine mon amour
la proche haine où sont semées
nos plumes nos belles années

à tous les mots durs à manier
au malheur qu’on n’a pas volé !
la beauté qui nous a brûlés
et à nos amours mon amour

or, voyez : c’est son meilleur tour
quand il tombe au milieu de vous
le funambule il est pas fou
il a très bien choisi son jour

est-il mort ? non : il dort il tremble
dans son sommeil il parle il semble
il dit : si nous restions ensemble
ici,
amis,
j’y voudrais mourir pour toujours

 

Ma,

Allain c’est un vers jamais vide qui fait son rond au contoir d’un feu qui reste allumé au bord des cheminées d’amour et d’amitié.

Jacques a dit et dira à son tour comme

avant que ce moi…

J’ai tourné la boule du monde sur l’axe d’un concept du refus de ce qui ne peut s’égaliser en partage.

Allant de la vague du caniveau de mes trottoirs nourrie par Marthe

aux quatre coins du monde à la voile et à la vapeur avant les ailes des grands oiseaux de métal.

Partout la m’aime blessure qui saigne sans sécher

et qu’elle beauté dans tout ça

demeure.

En montant dans le ciel où je n’irai pas à l’ultime atterrissage, l’infini que je caresse aura tes formes. Comme un Pouls qui scande l’air , sans qu’un film prenne la place de ce qui est à écrire.

L’amour enfante la douleur

la branche qui met son fruit au monde pousse son cri

dans un silence incomparable.

 

Niala-Loisobleu -10/05/19

2 réflexions sur “Aux funérailles au funambule

  1. Mais je vous écrirai encore

    Ne serait-ce que pour vous dire ce matin triste sur les corps

    Et la désaffection grise de l’alouette rejoignant un avant-monde moins chagrin

    Et le ciel pâle qui tend ses longs bras décharnés

    où pend sa grande fatigue de valise muette

    Cette carte dans mes doigts serrée

    m’indique l’endroit exact où vous vous êtes envolé

    Et je m’empresse de dessiner de nouvelles bouches à ces moutons de sel égarés

    Et de nouvelles intentions à tous leurs gestes manqués

    qui dorment sur le dos

    Si- comme je le pense- c’est par le hublot

    de mes yeux que vous les apercevez

    Barbara Auzou. (Carte postale1)

    Mon,
    Mon pouls scandera l’air partout où tu te trouves…

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Revenir en haut
%d blogueurs aiment cette page :