CONTRESCARPE


 

254ebf8cc17ad1227e2c82c40afd855c

 

CONTRESCARPE

 

Ton vol

cet immense saut.

Il n’est pas 19 h que déjà on a rattrapé l’omnibus avant que la gare sorte de l’attente.

Ricochant sur les ponts le courant se disperse pour laisser l’usage aux mouvements manuels. Je te draisine dit-elle en riant aux éclats. Quoi répondre sinon vérifier la pression de son pouls. A ce moment précis on pense en commun à Ernesto. Les parents se précipitent à l’école pour obtenir une réunion. Marre.

De la fenêtre où tu pousses je vois venir le retour du peintre.

Le soleil révise sa table de multiplication.

Aucun chat noir n’est sorti de la pochette de mauvaise-surprise. Garde tes gants blancs sans serrer les genoux.

Niala-Loisobleu – 02/05/19

Juliette Gréco – Les Annees d Autrefois


Juliette Gréco – Les Annees d Autrefois

 

Un pont sur la mer
Nos pas sur les canaux
Soleil sur la pierre
Des palais cardinaux
Ta main dans ma main
Le monde dedans tes yeux
Au ciel italien
D’un bleu miraculeux

Dis, t’en souviens-tu
Des années d’autrefois,
Des années perdues
Où nous allions là-bas ?

Un pont sur la Seine
Nos pas sur les pavés
Une chambre d’hôtel
Nos passions apaisées
Ta main sur mon cœur
La pluie sur nos matins
Le goût du bonheur
Ma peur des lendemains

Dis, t’en souviens-tu
Des années d’autrefois,
Des années perdues
Où nous ne dormions pas ?

Un pont sur ma vie
Nos pas dans le silence
Au bout de mes nuits
L’écho de ton absence
La pluie sur les carreaux
Tant d’heures enfuies
Ô mirage des mots !

Dis, t’en souviens-tu
Des années d’autrefois,
Des années perdues
Où nous n’avions pas froid ?

Dis, t’en souviens-tu
De notre histoire d’amour ?
Dis, as-tu perdu
L’espoir au long du jour ?

Dis, as-tu perdu
Nos rires et nos toujours ?
Dis…

 

AU JARDIN 6


bb5cc80518c502cc881faa50dd750e76

AU JARDIN 6

 

Alors qu’une peur les pourchassaient

Au train d’en faire

Nous

A l’image d’un enfant qui sans fiche

Trouve

Tels des oiseaux de bord de fleuve ailés en delta

Grand ouverts

Nous nous déversions l’un dans l’autre

D’amour qui sourd.

Niala-Loisobleu – 02/05/19

ENTRE TIEN EMOI 83


cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 83

 

En dehors de la route un brin de mue gaie regardait passer la mine déconfite des travailleurs en reprise. C’est vrai, je compatis, un jour d’arrêt au milieu de la semaine ça casse le rythme. Le soleil a des cernes. J’ai une petite tristesse à remonter, quitter l’herbe d’un déjeuner campagnard pour une cantine on peut pas dire que ça émoustille. L’atelier est tout proche,  je vais y courir m’asseoir au tapis, sentir, il faut sentir, la seule présence qui compte. Dis Ma de la poésie sur la bouche que ça me donne dans la peinture plein les doigts.

Niala-Loisobleu – 02/05/19