LA MER


P1050845

LA MER

 

Une jaune eau

Mangeuse de vers

Horizon qu’un niveau redresse d’incessants lamentos de drisses mises en toupie par les cris d’oiseaux marins

Toujours

En proue

La figure de la femme-boussole

Des arbres rameneurs d’épices dans les jambes de routes en soie

Jaune

Des soleils que la révolution multiplie sans éteindre – rafraichis de courses aux longs des pores – basanent leurs couchés aux rêves en mains

L’Epoque 2019 se faisant porte-parole d’un silence visionnaire.

Niala-Loisobleu – 17/04/19

 

2 réflexions sur “LA MER

  1. Lauriers roses et pins parasols

    L’île ici partout On se presse

    Au pouls de la beauté donnée

    Et l’on ose faire ce qu’enfant on avait juré

    Dans l’haleine chaude des eaux

    Rêves de papier naviguant

    Dans les caniveaux et les rigoles

    Essentiels vaisseaux pour tenir nos promesses

    Sur l’accore amariner le bleu en nous

    Abîmé par l’excès ou par l’absence

    Nue sur le ponton toi et l’anse

    Du panier Les poissons volants

    De nos vœux branchés sur la barre d’écoute

    Et le lien du mot aux choses

    Que nous apprenons sur l’oursin

    De l’inconnu

    Barbara Auzou

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.