ENTRE TIEN EMOI 60


cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 60

 

Plus loin qu’au bout du jardin, passé les montées à rames, galères et orties, ronces et misères la vallée lève la tête hors du seau. Le coucou voleur pris en flagrant-délit purge un nid sans-adresse. Dans la direction des vents on a décroché les moulins à prières et pendu des fruits vers. A motte-couvert l’herbe décline ses préférences aux bouquets champêtres. Les garennes remontent chaque arôme d’un saut de garrigues, ton bras relevé m’ a rappelé la Fontaine des Innocents, mes lèvres s’y sont baignés en descendant en monôme du haut du Boul’Mich. Le temps de Barbara est là seulement à quelque pas à L’Ecluse. Le pavé garde cette sensation de quai que les ponts placés comme des tirets découpent en longs paragraphes en collé aux berges. Rive-Gauche, la première grande porte  du parcours initiatique. La guerre est par malheur le moyen d’essor de la race humaine. Il faut faire en sorte que le temps te vide pour apprendre ce que le symbole réserve dans sa discrétion sur le secret de bâtir.
Attends que le temps te vide
Attends
Que le temps te vide
Comme un uf.
Sors de ta coquille
Comme un chien
Dans un jeu de quilles.
Oublie d’où tu viens.
Le fer ou la grille,
Le bâtiment neuf
Comme une arme brille
Dans ta main.
Sur le mur humide,
Trace
Ton chemin
Mais n’oublie pas
Que le temps te changera.
Non, n’oublie pas
Que le temps…
Attends
Que la vie t’ait prise
Dans sa main,
Que ton poing se brise
Contre le sien.
L’habitude est prise.
On sait d’où tu viens
Mais le fer ou la grille,
C’est la
Gérard Manset 

10 réflexions sur “ENTRE TIEN EMOI 60

  1. Mon,

    Parfois je sais la terre,

    la fin et la blessure,

    l’ivresse chaude d’avoir peur

    et la tentation de l’inventaire

    sous les doigts qui rassurent.

    Je sais qu’il faut brûler debout

    en choisissant l’arbre à la commissure.

    Mettre un terme au débat;

    au rebut ce qui fait feu de tout bois.

    Devenir son propre incendiaire.

    Et imposer au soleil engrangé de nuits

    l’écorce dorée de jours plus confiants.

    À la ramure le chant troublant

    des voix rares qui me devinent

    tremblante

    intimes sœurs qui murmurent

    au ventre.

    B.A

    Tu vois, rien en moi n’est étranger à l’enseignement terrien…J’ajouterais que certains inventaires sont bien salutaires pour oublier les listes et n’en avoir plus qu’une seule…Celle-ci a l’audace tremblante du coquelicot et a choisi son moyen de transport..
    Ce tableau… Mets ta tête dans le foin où le cheval s’embarrasse le sabot le plus doux…

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.