L’EPOQUE 2019/ 23: « LES CAMPAGNES ET LES BORDS DE MER »


Voici  le vingt-troisième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

23
L’EPOQUE 2019/ 23
>
« LES CAMPAGNES ET LES BORDS DE MER »
Niala
Acrylique s/toile 35×27
Encadré 300,00 €

 

L’aube a déchiré le rideau rouge de ses fuseaux

Avec la complicité des arbres les oiseaux

Sont partis à l’attaque du blanc pour le havre et pour la robe

Pour signer au marbre l’être-ensemble de l’oeuvre

Rendre au destin le soleil de ton ventre

Et la fontaine de tes seins à ses arpèges

 

 

Mordue par la vastitude de ses errances

La beauté s’endort dans un sourire

À la clairière de nos gestes et sa constance

À poser sa tête sur nos genoux 

Là où l’on caresse le cheveu à sa naissance

Déroule la tendre preuve le pari fou

De cet amour sylvestre adulte et vierge

Dont elle est à la fois l’image et le désir

 

 

Barbara Auzou

 

5 réflexions sur “L’EPOQUE 2019/ 23: « LES CAMPAGNES ET LES BORDS DE MER »

    • Je suis là, dans ce compartiment d’un voyage où l’initiatique tient le but. Les choses bougent à l’intérieur, une partie précise du paysage avance dans l’objectif de la fenêtre, miracle, comme c’est paisible, ça porte en renversant l’horizontal à la verticale…ô bon jour ma Barbara…

      Aimé par 1 personne

  1. Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
    D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime,
    Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
    Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.

    Car elle me comprend, et mon cœur transparent
    Pour elle seule, hélas! cesse d’être un problème
    Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
    Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

    Est-elle brune, blonde ou rousse? Je l’ignore.
    Son nom? Je me souviens qu’il est doux et sonore,
    Comme ceux des aimés que la vie exila.

    Son regard est pareil au regard des statues,
    Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
    L’inflexion des voix chères qui se sont tues.

    Paul Verlaine (Poèmes saturniens)
    

    Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.