ENTRE TIEN EMOI 34


cropped-a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c81

ENTRE TIEN EMOI 34

Sortant le journal à la main et allant à la voiture, je n’avais pu prendre qu’un aperçu de ce Mardi. Ta recommandation toutefois en tête je partis vers mon Centre Mutuel Optique. Je pourrai dire que dans chaque instant du quotidien on vit tout et son contraire à chaque instant. A croire que la nécessité de ne pas croire l’affirmation reçue du premier spécialiste doit désormais s’appliquer. Arrivé au lieu-dit de mon déplacement j’avisais un visage inconnu dans ce lieu que je fréquente depuis 41 ans. Bonne tête, jeune, un débutant Il m’attire, un bonjour encore plus meilleur m’attendait. En quelques minutes il me résout le problème au-delà de mon espérance, Je repars avec un bien-être dans le corps et c’est à toi que je le dois. J’ai failli faire un saut périlleux en sortant, mais la quinzaine de marches m’a fait hésiter. Si je m’était fait mort j’aurai pas pu vivre cette joie. Ah du coup j’ai eu une envie de vivre inconnue jusqu’alors. C’est fou même ça se développe chez moi. Du coup tellement je jubile, j’en vins à faire le 22ème, un vrai lapin que je suis…

DE L’OISEAU

Je ne vois pas l’oiseau
Fort de sa cage ouverte
Et psalmodiant :

Je reste ici.
A bas l’espace.

Je ne vois pas l’oiseau
Qui n’aurait pas confiance
Dans la teneur de l’air.

*

Je ne vois pas l’oiseau

Qui ne volerait pas

Kien que pour son plaisir.

Je ne vois pas l’oiseau
Qui monterait sans fin
Jusqu’à n’en plus pouvoir.

*

Je ne vois pas l’oiseau

Qui franchirait

Les défenses du vent.

*

Je ne vois pas l’oiseau
Qui viendrait vers moi
Pour chercher refuge.

*

Je ne vois pas l’oiseau

Qui refuserait de s’effaroucher.

Je ne vois pas l’oiseau
Qui serait mon frère.

Non plus celui

Qui ne le serait pas.

Je ne vois pas l’oiseau
Qui ne me donne envie
De voler mieux que lui.

Je ne vois pas l’oiseau

Qui me forcerait

A penser rien qu’à lui.

Je ne vois pas l’oiseau
Qui s’acharnerait
D’abord sur lui-même.

*

Je ne vois pas l’oiseau
Démolissant son nid
Avee jubilation.

*

Je ne vois pas l’oiseau
Qui creuserait la glace
Avec ses pattes

Pour épargner son bec.

Je ne vois pas l’oiseau
Demeurant au désert

Rien que pour être seul.

*

Je ne vois pas l’oiseau
Renonçant à siffler
Dans le labyrinthe.

Je ne vois pas l’oiseau
Venir m’interroger
Sur son identité.

Je ne vois pas l’oiseau
Qui maudirait les sources.

Je ne vois pas l’oiseau
Voulant s’opposer
Au cours du ruisseau.

Je ne vois pas l’oiseau
Qui ne puisse trouver
Son nid dans la foret.

*

Je ne vois pas l’oiseau
En train de recracher
Un morceau de lombric.

*

Je ne vois pas l’oiseau
Refusant de chanter
Pour ne pas
Déranger la haie.

*

Je ne vois pas l’oiseau
Chercher l’aventure
Pour se désennuyer.

*

Je ne vois pas l’oiseau
En vouloir au chêne
De perdre ses feuilles.

*

Je ne vois pas l’oiseau
Qui ne sache alterner
Le silence et le chant.

Je ne vois pas l’oiseau
Pour qui le jour, la nuit
Seraient la même chose.

Je ne vois pas l’oiseau
Qui ne rythmerait pas
L’avancée du soir.

Je ne vois pas l’oiseau
Que ça fatiguerait

D’assister chaque soir
Au baiser du soleil.

Je ne vois pas l’oiseau
En appeler au ciel
De s’être ensanglanté.

Je ne vois pas l’oiseau
Qui s’acharnerait À griffer la nuit.

Je ne vois pas l’oiseau
Désirant se fracasser
Contre un mur de nuit.

Je ne vois pas l’oiseau
Qui jouerait au nuage,

Mais je vois le nuage
Qui jouerait à l’oiseau.

Je ne vois pas l’oiseau

Faire sa cour à la rose,

Mais je les vois tous deux
Faire ensemble la cour
Au soleil qui s’ébroue.

*

Je ne vois pas l’oiseau
Et je ne l’entends pas
Frôler l’éternité.

 

Eugène Guillevic

 

 

il me porte ce bonheur d’aimer, c’est vraiment la seule chose qui puisse dans ses péripéties rester l’espoir à l’état pur. Tant de promesses sont faites à tous les propos que le bonheur avance. L’idéal plus bafoué que le reste, partout c’est exercice du pouvoir. Le menteur qui gouverne le pays en étant le principal orchestrateur. Son amour c’est de nous qu’il dépend au premier-chef. Alors ?

 

Niala-Loisobleu – 19/03/19

4 réflexions sur “ENTRE TIEN EMOI 34

  1. Mon,
    Tu me vois tout à fait réconfortée à l’idée que tu te sois ravisé en ce qui concerne le saut périlleux. Je sais qu’un oiseau ça vit d’air pur et d’eau fraîche mais quand-même…
    Aux images multiples et mutantes de ton œil d’épervier nouveau je te demande d’épingler le maquis fiévreux de mon image j’y resterai bien sage…Quant à moi, je te donne mon poignet pour te poser après tes voyages dans un imaginaire qu’on voudrait tuer à l’iris…
    Mon manifeste sans pavé ne restera pas un acte manqué, je dis non aux arbres sans oiseaux…

    Je pétitionne
    pour avoir permission
    de me retirer en toi comme une île
    habitée de musique et de mots
    Seule
    Sans président ni calendrier
    Sans certitude
    Sauf d’une existence qui tremble et varie
    Avec la tienne…

    Marie-Claire Bancquart

    Mon instantané 34, comme un baiser, ne saurait tarder..

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.