PAROLE DU MIROIR


7e532b02aa408b57778b3687fc882abd

PAROLE DU MIROIR

 

Le fond des menthes emporté par les eaux

ces heures autres se dispersent dans la lézarde du repaire

un ciel sale laisse ses marcs au mensonge du philtre

le beau du poème pense à s’immoler au travers de la fenêtre condamnée

la manipulation s’est emparée de l’opinionpar la destruction laissée à son libre-cours

dans la cour j’ai été mutilé

double castrastion hommasse provenant d’une hermétique réaction à ma peinture.

 

Niala-Loisobleu – 17/03/19

 

 

 

DERIVES


415390

DERIVES

Délires d’haubans en rivalité avec les cris marins des oiseaux

La verticale des mâts oblique en diagonale

Voilà un ensemble de marche sur la tête où le temps joue à s’imiter de travers

La rafale abat  d’un tir au plus fort du nuage noir à bout portant

Le bouleau ventre blanc tend son contraste

Devant la fenêtre un bateau monte à l’étage l’instant d’un regard et disparaît

Le post-scriptum en perd la mémoire.

Niala-Loisobleu – 17/03/19

L’EPOQUE 2019/19 – « LA MAISON INTERIEURE »


L’EPOQUE 2019/19 – « LA MAISON INTERIEURE »

Voici « « La Maison Intérieure» » dix-neuvième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

L’EPOQUE 2019/19

« LA MAISON INTERIEURE »
Niala
Acrylique s/toile 46×38
Encadré: 500,00 €
LA MAISON INTERIEURE

On le savait

Il nous faudrait prendre corps

Dans la fureur en jachère

De tout ce qui nous est interdit

Pour bâtir singulière la maison intérieure.

Alors nous remettions le couvert

Sur l’assiette immobile et familière

Qui nous offrait la face limpide de l’eau

En plein jour.

De hauts murs de sang protégeraient l’enclos

Suspendu aux hanches pleines du soleil

Comme à l’amour.

Le papillon ajourné de l’apaisement remettrait tout à l’heure

Un peu de ciel sur ses ailes et viendrait

Boire l’orage des mains dans le va-et-vient 

D’un instant qui nous laisserait passionnément démunis

 

 Et plus loin encore dans l’âme du fruit.

 

Barbara Auzou.