AUTOPSIE 


fbada99283423e7ff456824a63397bd9

AUTOPSIE

Les marches de bois ruent des talons

j’enferme les chambres à double tour dans leurs vieux cris

si le drap fenêtre je veux poser mes lunettes à côté de la lampe de chevet

le réveil du passé usé de pile comme on élimine de face l’ombre dans son gouffre

L’épitaphe marbre une douleur au ventre de son bistouri

Quel monde où le recul des pas aide à passer sous la porte basse en avant d’un principe refusé ?

Je me sens mécréant hérétique au pied de cette échelle.

Niala-Loisobleu – 15/03/19

5 réflexions sur “AUTOPSIE 

  1. J’ai ranimé le bois d’orage

    sur les lèvres éclatées

    comme un morceau du jour

    perdu dans le prolongement du rêve.

    C’est déjà demain,

    je ne ferai aucune peine

    aux songes restés

    à l’attache d’un bras de mer

    et sur l’écume de la grève.

    J’entends le silence venir du plus loin

    de la vague turbulente de l’image.

    Barbara Auzou.

    Aimé par 3 personnes

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.