AUJOURD’HUI APRES L’ACCIDENT


210452

AUJOURD’HUI APRES L’ACCIDENT

Par l’obscénité du cadre bouché d’un réseau d’adduction en panne, on est là au ventre sec d’un jour qui s’empêche de donner. Cela tien à un rien, le pied de lampe qui se tord, écroulant le soleil sur le trottoir. Ou bien dans l’ivresse d’un baiser qui agite en corps son mouchoir sur le quai qui s’éloigne on s’assied sur ses lunettes. Crac c’est le noir. A deux pas, en contrebas coule la Seine, rien n’a changé. j’entends le courant circuler sans le voir. Quelque chose tient sans besoin d’expliquer. Pas plus de quelques marches pour monter à ton bord, la barque est là, tu m’attends sans avoir bougé, ô mon amour. emporte-moi. Alors Je pousse l’accident. Plouf il est à l’eau, des curieux, il y en a toujours, accourent; il faut appeler du secours, crient-ils en brandissant leurs appareils photos. Circulez leur criai-je, circulez, laissez-nous au lit de notre après-midi. J’enlève la cravate du quotidien, elle est à fleurs plus bêtes qu’un bouton d’acné, jetez-moi ça,  Je sens ta peau fraîche, me voici presque arrivé. Je me frotte les yeux d’un peu d’eau de cette rivière qui coule de toi. Un endroit que j’appelle mes thermes quand des plans d’aqueduc viennent dessécher la toile.  En haut des marches sous la grande véranda de ses seins la porte du perron est ouverte, je suis à l’abri du vent qui déplace la musique en blacboulant le kiosque et en retournant les poubelles et les parapluies. Le soleil accroché au plafond au-dessus du grand lit me dit :

-Entre, n’aies pas peur auprès d’elle tu verras sans lunettes…

Niala-Loisobleu – 15/03/19

 

6 réflexions sur “AUJOURD’HUI APRES L’ACCIDENT

  1. Au sens de la lumière tu devines l’âme tout entière.Elle offre ses bouées aux lunettes cassées de la nuit tant que l’œil ivre en reste confondu comme une bouche arrondie sur son cri..
    Alors le chevalier léger sur sa monture reprend sa route claire jurant que tout le reste est accessoire…

    Aimé par 2 personnes

Les commentaires sont fermés.