A LIN RESTE BLEU


P1030726 - Copie

A LIN RESTE BLEU

 

Il y a toujours une grosse mer dans le jour, quand ça tangue l’érailleur de fibres que je suis sort le rabot de la passion qui fait la planche aux bordées de l’esquif. L’eau ne monte que par sa proximale humidité, l’herminette taille la mine à tracer la ligne de flottaison. Sur les desseins de mes crayons, l’herbe estompe une ombre de fraîcheur, Quoi que tu huiles un crissement force la place. Les pierres les mieux polies ne peuvent rien contre le langage outre en scié. A choisir je préfère l’esprit à la ouate pour m’éclairer. Il est vrai qu’à mal tolérer on lâche jusqu’à son origine et la profondeur d’un long parcours culturel. Que faire sinon tenir la chaîne par le maillon qui transmet et ignorer son sens érosif s’attaquant au maintien intrinsèque de l’individu. Puisqu’il faut partir, attendons le jour venu sans faire en sorte d’être absent de ce qui vit pendant qu’on est en corps dedans. On laisse si peu de soi, un enfant peut avoir de son sang mais rien de  reconnaissance. Il est également possible qu’il vous en veuille au nom de l’avoir fait autrement que vous sans que c’est à voir avec un handicap, juste une jalousie perverse bête et destructrice capable de calomnie.

Non je ne suis pas noir et j’aime Nougaro comme  je l’ai voulu.

Niala-Loisobleu – 15/02/19

 

JE CHANTE LE SOI MEME

Je chante le soi-même, une simple personne séparée,

Pourtant je prononce le mot démocratique, le mot En Masse,

C’est de la physiologie du haut en bas, que je chante,

La physionomie seule, le cerveau seul, ce n’est pas digne de la Muse;

je dis que l’Ëtre complet en est bien plus digne.

C’est le féminin à l’égal du mâle que je chante,

C’est la vie, incommensurable en passion, ressort et puissance,

Pleine de joie, mise en oeuvre par des lois divines pour la plus libre action,

C’est l’Homme Moderne que je chante.

 

Walt Whitman (Extrait de Feuilles d’herbes)

8 réflexions sur “A LIN RESTE BLEU

  1. Que dire? Sinon qu’aussi bien en peinture qu’en écriture Alain se distingue par la limpidité de ses propos.à l’image du ciel bleu; J’aime beaucoup vous lire. Amitiés Alain.
    Charef

    Aimé par 1 personne

      • Tamis
        la lumière douce
        on sent comme un trempé d’havane
        la menthe du mojito se faisant épouse
        du fauteuil qui en bourdonne
        tu me chevauches
        et le son de la lune en corde
        j’ai mes écouteurs ma Barbara…

        Aimé par 1 personne

    • Merci Charef

      PARLER AU VENT HIVERNAL

      Debout comme s’il reçoit
      A la muse d’un orateur
      La faible proie trop excitée
      Par les gens ,le bruit, l’effroi…
      En brodant le mot-tuteur
      En quête du vivier de pensées!

      S’arranger à plus voir
      Les alarmes dans le brouillard
      D’où émerge cette bonne main
      Qui,d’un tour,sait éblouir
      Et fait tout pour retenir
      Les pas de son bec fin!

      Ainsi le vent hivernal trône
      sur le côté dévoilé
      Qu’avant,ont tenté les passe-temps
      Qu’en ce jour,pour peu,se donne:
      Il dénonce du fond du grenier
      Une à une ,les maigres saisons!

      Extrait de: Parler au vent hivernal (Extrait- Editions Voir par le Savoir Algérie,2013)
      Abderrahmane Amalou

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.