MODE


258811

MODE

 

Couleur d’une chemise sans manche l’air parle entre ses lèvres

des mots usés

que le courant  du torrent lapide

quelques fleurs restent indécises – quelle meilleure destination choisir

un parfum diesel

un projet pas rodé

à moins de se mettre la machine à écrire en morse

Niala-Loisobleu – 14/02/19

J’AI LA MAIN PRISE DANS TON ANNEAU


P1050397

J’AI LA MAIN

PRISE DANS TON ANNEAU

La sortie du village monte vers l’arbre qui cache l’église

on peut sentir le courant de la pulpe des fruits au fur et à mesure qu’on avance dans la côte

chaque seconde le noyau palpite en formant l’amande

un chanvrier de corderie tresse avant même que la corde ait été déclarée mesure du bois mais avec une arrière-pensée dans l’herminette pour la colonne vertébrale de la coque

comme un col fourré une chaleur de brouillard écharpe la rivière

de cols-verts

 

Assis en tailleur je surprends la troisième dimension en voyant balancer la lourdeur de tes seins de profil

sur le haut du piano les branches des candélabres portent des tempos de flammes

au moment où ta jambe est sortie nue dans le glissement du barrio la fumée des cigarillos gominait les tangos, au matin sur le pas de porte de la milonga passaient des marins en partance d’autres pores encore sur la peau, le sac promené comme un chien et l’haleine lourde pleine-lune

J’ai la main prise

Ta robe a glissé, je perds la boule, l’accordéon ronfle. A part toi vibrante, aucune présence ne demeure mis à part la cendre éteinte,  les verres et bouteilles vides  sur les tables

Niala-Loisobleu – 14/02/19