INTERLUDE


 

1200-14362~Amoureux-De-Vence-Posters

(Peinture de Marc Chagall)

INTERLUDE

 

Une humeur à parcourir la colline pour trouver la senteur m’a fait creuser l’ocre

avec une pierre sonnante pendue autour du cou

par la lisière bordant la peau feuillue des mouvements bistres ont percé par les trous de la forêt, suivis de près par des froissements de doigts pour claquer du fouet

il faut dire que le soleil n’a pas pu franchir le rideau d’eau du barrage pluvial

mais la marque de l’oiseau s’est couchée sur l’empreinte mélodieuse pour protéger sa résonance

sans doute y a-t-il dans l’existence une force d’imagination apte à donner goût à vivre dans une fadeur récurrente

un pouvoir de transformer le linge qui sèche en pavois tibétain, les couleurs claquantes sans moulins à prière avivent la blancheur de la paroi neigeuse

ce n’est pas le Mont-St-Michel pourtant celui où j’ai caressé la toile a un vrai bruit de galop de cheval dans son estran.

 

Niala-Loisobleu – 06/02/19

 

11 réflexions sur “INTERLUDE

  1. Un seul cheval d’écume, n’en déplaise à Barbara, transporte parfois plus loin que mille..Et la patte de l’oiseau couchée sur l’empreinte qu’il a laissé égalise les destins…
    Tiens j’inscris mon futur au chaud de tes grandes marées…

    Aimé par 2 personnes

Les commentaires sont fermés.