ESQUISSE DU PREMIER ESTRAN


1082f83beb8fc44424feef292b38bfa5

ESQUISSE DU PREMIER ESTRAN

Comme écorce au corps, tu m’arbres à toi  d’un liège mis à l’eau sans que l’Amirauté ait eu à accorder

Aux tétons émergeant le rire de mouettes se pose en laissant au taureau l’aqueux et les oreilles de la haute vague

Mise loin du bord  de la baïne la rayure d’un maillot abandonné offre tes parties rondes au plat tendu de ma fourche d’assise

Tu bottes en croupe un lancé sans forcer le cri de l’éclaboussure qui jaillit

On ne voit plus rien du bois mort du cimetière marin tout nage à qui prend l’autre, creusant des narines l’artichaut jusqu’aux poils du dernier pétale .

(Illustration peinture de Picasso)

Niala-Loisobleu – 1er Février 2019

6 réflexions sur “ESQUISSE DU PREMIER ESTRAN

  1. COMBIEN D’ÉTREINTES

    Combien d’étreintes
    Restées sans réponse
    N’ont-elles pas chaviré
    Vers le plus haut de la mer
    Pour ne ramener que
    Le bois usé de leur épave ?
    Combien de lèvres
    Après un antique serment
    Ne se sont-elles pas
    Ensablées à jamais ?
    Des milliers de cœurs
    Ici et ailleurs
    Réclament un abri vertical
    Plus ample que celui de
    L’amour sans retour !
    Et si nous leur murmurions
    A la troisième oreille
    Aimance !
    Aurions-nous failli
    A notre devoir ?
    Ou juste semé quelques grains
    De fantaisie nécessaire
    Pour survivre à notre
    Propre poussière !

    Extrait de: Entre ombre et lumière
    Maria Zaki

    Pour un bon jour qui se tend à la toile où je porte l’estran
    Je t’embrasse et merci Julie.

    Aimé par 1 personne

  2. La nuit attend en nous que la marée soit haute..L’approbation mutuelle est chose très bonne, très bonne…
    Il est magnifique ce poème de Pétr Kral, magnifique…
    (Et puis tu sais…J’aDOOOOOORE les artichauts!)

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.