EN FONCTION DU TEMPS


487f37fe1677fd658a7d2829fb72138d

EN FONCTION DU TEMPS

 

Sous le tremblement de ce que j’imagine

une scène assise au métal perché se dessine

l’émoi m’empare

au point que les flocons ne peuvent même pas amortir les battements de ma poitrine

 

Silence de la flamme qui lèche aux jambages la fleur d’oranger sous son globe

bien dans la pensée qui promène sans risques sur les routes verglacées d’une absence forcée

le chien tressaute

par l’entonnoir un vieux disque aiguille la présence liquide d’un fruit jamais sec dans sa coupe

non ce bruit de couvert n’interdit pas de prendre la pomme entre ses doigts en pensant croquer le printemps préféré sans condition reptile

sous la neige antan-moi l’hiver n’avale pas la mer

 

Niala-Loisobleu – 31/01/19

 

 

 

ANTIOCHE


96ef813ebc9518ba409cfcadc76548c4

ANTIOCHE

 

Le sable est là l’oreille tendue au bord de l’arène

un animal antique a laissé sa trace

l’ouverture du toril feule d’un désir immémorial

roulé comme une feuille sur la cuisse de Carmen il n’y a pas que les guitares qui se tordent sous les doigts

le pouls torée à l’appel de la trompette une véronique d’un tour complet des quatre membres

mon enfance dans un chêne-liège flotte sur une côte gardée par le Pertuis tient ta blancheur dans le noir comme une maison andalouse

 

Niala-Loisobleu – 31/01/19

 

L’EPOQUE 2019/4 -« NIDIFICATION »


L’EPOQUE 2019/4 -« NIDIFICATION »

Voici Nidification , quatrième de cette nouvelle Epoque 2019 avec Barbara Auzou. Alors que nous attendons la publication de l’ouvrage « L’Epoque 2018 » pour la fin de l’année aux Éditions Traversées, les tableaux eux (2018 et 2019) seront exposés au printemps à Cognac du 15 au 27 Avril 2019 au Couvent des Récollets.

C’est un travail à quatre mains , merci d’en tenir compte dans vos commentaires.

img_2854

L’EPOQUE 2019/4 -« NIDIFICATION »

2019

Niala

Acrylique s/toile 65×54

800,00 €

NIDIFICATION

Dans les arbres Dans les galeries

Dans les terriers abandonnés

Dans les fissures de rochers

Ô les profondes architectures de l’homme obstiné

En sa fièvre de durer

Qui épouse le principe de beauté et ses accords changeants !

L’ombilic du geste a pris la forme de tes yeux tournés vers le dedans

Et qui résonnent. Mystère palpable de ta personne,

Calligraphie de l’oiseau sur ton front investi comme un azur d’être !

Sur ses grandes ailes de mica ou sur un socle géant Toi encore

Dans l’élan abouti jusqu’au nid te balançant

Sur le grand pivot du monde.

Trajectoire pour toujours infléchie vers l’aurore.

Barbara Auzou.