LA SÉANCE DE SAC


LA SÉANCE DE SAC

Henri Michaux

 

Je crache sur ma vie.
Je m’en désolidarise.

Qui ne fait mieux que sa vie?

Cela commença quand j’étais enfant.
Il y avait un grand adulte encombrant.

Comment me venger de lui?
Je le mis dans un sac.
Là je pouvais le battre à mon aise.
Il criait, mais je ne l’écoutais pas.
Il n’était pas intéressant.

Cette habitude de mon enfance, je l’ai sagement gardée.
Les possibilités d’intervention qu’on acquiert en devenant adulte, outre qu’elles ne vont pas loin, je m’en méfiais.

A qui est au lit, on n’offre pas une chaise.

Cette habitude, dis-je, je l’ai justement gardée, et jusqu’aujourd’hui gardée secrète.
C’était plus sûr.

Son inconvénient — car il y en a un — c’est que grâce à elle, je supporte trop facilement des gens impossibles.

Je sais que je les attends au sac.
Voilà qui donne une merveilleuse patience.

Je laisse exprès durer des situations ridicules et s’attarder mes empêcheurs de vivre.

La joie que j’aurais à les mettre à la porte en réalité est retenue au moment de l’action par les délices incomparablement plus grandes de les tenir prochainement dans
le sac.
Dans le sac où je les roue de coups impunément et avec une fougue à lasser dix hommes robustes se relayant méthodiquement.

Sans ce petit art à moi, comment aurais-je passé ma vie décourageante, pauvre souvent, toujours dans les coudes des autres?

Comment aurais-je pu la continuer des dizaines d’années à travers tant de déboires, sous tant de maîtres, proches ou lointains, sous deux guerres, deux longues occupations
par un peuple en armes et qui croit aux quilles abattues, sous d’autres innombrables ennemis.

Mais l’habitude libératrice me sauva.
De justesse il est vrai, et je résistai au désespoir qui semblait devoir ne me laisser rien.
Des médiocres, des raseuses, une brute dont j’eusse pu me défaire cent fois, je me les gardais pour la séance de sac.

 

Henri Michaux

 

 

L’hiver est de toutes saisons

aimer tient la graine et prête à mûrir d’une autre pulpe que le fruit sec

On peut ôter la parole à l’enfant

pas le sourire de son corps infirme

Plus je t’aime plus je me sauve de ce qui peut me faire mal de ne pas te voir

rien qu’à l’odeur que tu allumes à mon sang…

 

Niala-Loisobleu – 16/01/19

 

 

3 réflexions sur “LA SÉANCE DE SAC

  1. Nous aurons plein de séances de sac
    Pour les aigris, pour les laids, pour les faussement gentils, pour les pornographes, pour les ennemis du beau…Pour nous -mêmes parfois quand on aura rompu le pacte , par inadvertance, du chemin de l’essentiel…

    «Dans l’espace secret de notre approche de l’être, je ne crois pas que soit de poésie vraie qui ne cherche aujourd’hui, et ne veuille chercher jusqu’au dernier souffle, à fonder un nouvel espoir».
    Yves Bonnefoy….
    A placer en exergue de « Je suis plus près de toi »…Bertin, que je connais, depuis toi…

    Alors j’ai écouté, les yeux fermés, comme quand je regarde tes tableaux, et puis après j’ai lu…
    un extrait:

    JACQUES BERTIN, Seul dans le paysage

    L’air libre de Bertin

    C’est un homme de mots et de notes, qu’écoutent seuls dans leur coin quelques centaines d’admirateurs. Sa faute à lui d’abord, qui, avec courage, s’autoproduit depuis quarante ans, s’étant volontairement mis à la marge. Histoire d’avoir la paix. Mais cela n’empêche pas son œuvre d’avoir été deux fois couronnée par le Grand Prix de l’Académie Charles Cros. Il y aurait un livre à écrire sur l’art de Bertin. Trois ans après L’ÉTAT DES ROUTES, dont la beauté laissait bouche bée, le vingtième-huitième volet de sa discographie est sorti juste avant l’été: SEUL, DANS LE PAYSAGE. Disponible chez Velen, contre une vingtaine d’euros qui ne pèse pas bien lourd pour autant de grandeur. Bertin écrit, compose et chante avec le soin de l’accordeur. D’ailleurs, a-t-on pratiqué ce métier de troubadour avec autant de dignité dans l’exercice particulier qu’est celui de la diction, de l’interprétation depuis, disons, Yves Montand? Rien ne dépasse mais tout s’envole au souffle de son inspiration. «Vous étiez réunis, je vous sentais dans l’ombre / Les yeux sur moi comme ceux de mille félins…», dépeint-il pour ouvrir l’album, et l’on comprend d’entrée que rarement chanteur n’avait tendu à son public miroir aussi profond. «Tout ce que vous n’osez pas dire, qui vous pèse, / La foi qui n’a nulle issue, le besoin d’amour, / Je sais cela, hors vous étiez comme la braise / Qui chante et fait ce parfum d’orchestre du four…» C’est parce que ses chansons uniques ont le pouvoir de dompter les âmes perdues qu’elles leur deviennent indispensables. Explorateur d’une voie sur laquelle deux aventuriers ne pourraient pas marcher de front, Jacques Bertin avance. En solitaire.

    Baptiste Vignol

    Merci mon Alain…(Alors évidemment j’aurais pu dire j’adoooooore!!!!…Mais je suis un peu fâchée avec l’exclamation qui remplace le ressenti. L’exclamation ne vaut guère que par le geste silencieux…)

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.