NOTES A GARDER


9e0e1e7af6abfbc62418a9e45c26b432

NOTES A GARDER

Je venais de penser à voir sous mes chaussures pour franchir le pas quand en croisant mes jambes devant le grand miroir je vis apparaître des mots mis en vrac aux passages. Des fois quand ta balançoire s’immobilise mon vélo hennie pour aller faire un tour. Il prend le sens des ailes, rapprochant le marais-salant quelque soit le sens du vent. Ils annoncent un refroidissement des routes sur une partie de l’Ouest. Les pluies verglacées je leur souffle comme au bout des doigts quand le brasero démarre pour chauffer les marrons. Un attroupement c’est dissous en me lisant, j’ai vu comme une peur dans leurs yeux, tu sais comme si j’étais fou à ne savoir dire que n’importe quoi. Seul un tout petit-enfant est resté, sans perdre son sourire. Alors j’ai allumé la musique, il a été content. Le cheval était au piano, tu aurais remarqué comme il n’a pas eu l’air étonné du tout. Voilà qui m’a rapproché de toi, tu ne t’étonnes jamais de mes comportements. Je ne connais personne qui laisse mes mains faire comme tu ne leur dis jamais non. Il parait que tu cherches toujours à les faire peindre parce que ça te fait écrire. J’ai trouvé de vieilles cartes postales dans un sac de marin. Les images se disaient vous sans que ça fasse guindé. La chaîne charnelle par laquelle ton ventre construit est vivante Ce soir je vais m’endormir en en rêvant….

Niala-Loisobleu – 14/12/18

3 réflexions sur “NOTES A GARDER

  1. Le cheval au piano ne m’étonne plus guère et m’étonnât-il un jour…Le plus surprenant fut quand il entonna du LAMA : « Mais d’aventures en aventures, de train en train, de port en port, jamais je n’ai pu oublier votre corps… », là ,il faut bien vous l’avouer j’en devins CHEVRE dans l’instant, Vous savez la blanquette (non, pas de VEAU, ce serait vraiment trop) de ce cher Monsieur Seguin…
    Je reste au piquet de votre peint pas lait, le serre pôle est abondant…

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.