BRIBES (XVII)


P1050759

BRIBES (XVII)

De la guérite de sa gorge les cordes vocalisent comme un instrument à vent de garde tutélaire

Il surveillait la dune de son torse, les hanches attelées aux aisselles, à peine un mouvement de ses lèvres, que le soutien-gorge ne palissait plus la retenue des coulées de sable qu’en imagination

NOUS nous n’aimons pas la neige elle ne nous glisse rien qui transporte, en revanche ouvrez le sentier de la pointe espagnole et vous verrez les chiots partir en fusée

Quand je serais grande, disait-elle, je n’abîmerai pas le silence des pierres alignées à leurs racines, encore debout de la veille ou couchées d’antan sans s’être lâchées la main

un gisant levant la tête reconnût les notes d’une marche nuptiale où un fifre appuyait sur la nacre pendant que les guitares claquaient du talon

gitane poussière d’un élan qui résiste aux tourments les dents prêtes à mordre

chiens-loups clignant du rai

Aux meules des foins porteurs de serpolets, comme aux gerbes des moissonneuses le bleuet dresse les pis pour que  le vin coule en étreintes qui vantent le travail, seule vraie noblesse de l’homme….

Niala-Loisobleu – 2 Décembre 2018

3 réflexions sur “BRIBES (XVII)

  1. Un vrais coup de cœur pour cette toile. Je ne trouve pas de mail pour pouvoir vous joindre Alain et toi en message privé. Juste pour demander l’autorisation d’utiliser l’image de cette peinture en page de couverture d’un texte à éditer en mars 2019. Je te donnerai plus d’information à ce sujet en privé.
    klakcharef@gmail.com
    Bonne soirée Barbara. Bisous.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.