DES ENFANTS VONT ECLORE


A2-Niala 5

DES ENFANTS VONT ECLORE

 

J’aurai vécu un jardin au long du long, dès le le départ de la découverte de la fleur des rues dans ma prime jeunesse. Au fil des saisons de l’âge, aucun événement n’aura réussi à m’en défaire. La cruauté, l’inhumanité des hommes, leur capacité à détruire, malgré les cris tortionnaires qu’ils m’ont infligé, ont perdu. Plus la laideur se répand sur l’univers plus je sème, n’ayant d’autre réponse que l’amour est la seule fleur qui survit à la coupe rase. Je peins pour rien qui rapporte, ni comme un loisir, un travail, , me bat pour y parvenir, c’est mon credo, ma persuasion que seule la poésie est la solution de sauvegarde. Le sacré dans toute sa manifestation, Lorsque le soir vient j’entends le chant du coq se remonter tout seul.  Des enfants vont éclore

.Niala-Loisobleu – 20/11/18

LA CARACOLA


bd5134b4442d84ded97365bdf754dc80

LA CARACOLA

 

V

du sillage

nu

à ton rivage

à bord de ta caracola

agrippé au pont du rocher

Tu me sentiras

dernier sel

qui défade

morne vie à marée basse

 

 

Niala-Loisobleu – 20/11/18

Alfonsina y El Mar

Por la blanda arena

Sur le sable blanc que lèche la mer (1)

Que lame el mar

Sa petite emprunte ne revient pas

Su pequeña huella

Et un sentier seul de peine et de silence atteint

No vuelve más

L’eau profonde

Un sendero solo

Et un sentier de peines tues va

De pena y silencio llegó

Jusqu’à l’écume

Hasta el agua profunda

Un sendero solo

Seul Dieu sait quelle angoisse t’a accompagné (2)

De penas mudas llegó

Quelles douleurs anciennes tu as tues

Hasta la espuma.

Pour t’allonger bercée par le

Sabe Dios qué angustia

Chant des conques (3) marines

Te acompañó

La chanson que chante dans le fond obscur de la mer

Qué dolores viejos

La conque

Calló tu voz

Para recostarte

[Refrain]

Arrullada en el canto

De las caracolas marinas

Tu t’en vas Alfonsina avec ta solitude (4)

La canción que canta

Quels poèmes nouveaux as tu été chercher ?

En el fondo oscuro del mar

Et une voix antique de vent et de sel

La caracola.

Te réclame l’âme

Te vas Alfonsina

Et l’appelle

Con tu soledad

Et tu t’en vas vers l’au delà comme en rêves

¿Qué poemas nuevos

Alfonsina endormie, vêtue de mer

Fuiste a buscar?

Una voz antigua

Cinq petites sirènes t’emporteront

De viento y de sal

Dans des chemins d’algues et de corail

Te requiebra el alma

Et des hyppocampes marins et phosphorescents feront

Y la está llevando

Une ronde à tes côtés.

Y te vas hacia allá

Et les habitants de la mer vont jouer bientôt à tes côtés

Como en sueños

Dormida, Alfonsina

Baisse un peu l’intensité

Vestida de mar.

Laisse moi dormir nourrice en paix

Cinco sirenitas

Et s’il (5) appelle ne lui dis pas que je suis là

Te llevarán

Dis lui que Alfonsina ne revient pas

Por caminos de algas

Et s’il appelle ne lui dis jamais que je suis là

Y de coral

Dis lui que je suis partie.

Y fosforescentes

Caballos marinos harán

[Refrain]

Una ronda a tu lado

Y los habitantes

(1) La femme dont il s’agit s’est suicidée dans la mer.

Del agua van a jugar

Pronto a tu lado.

(2) Les motifs de son suicide restent obscurs.

Bájame la lámpara

Un poco más

(3) La caracola en espagnol signifie le coquillage, la conque. La conque est le coquillage dans lequel nous entendons la musique de la mer. L’allusion a deux niveaux de sens : Elle fait réference à la musique, à la poésie et à la mer, mais la caracola a comme synonyme en espagnol la concha, qui représente également le sexe féminine (équivalent de la moule en français). Cela fait allusion à la bisexualité de Alfonsina, qui trouve dans la mer son idéal et vit librement son homosexualité.

Déjame que duerma

Nodriza, en paz

(4) Le poème est un hommage à Alfonsina Storni, célèbre poétesse mexicaine s’étant suicidé.

Y si llama él

No le digas que estoy, dile que

(5) Il fait probablement réference à son mari violent.

Alfonsina no vuelve

Y si llama él

Cette hommage a été écrit par Felix Luna et mis en musique par la suite

No le digas nunca que estoy

Di que me he ido.

Te vas Alfonsina

Con tu soledad

¿Qué poemas nuevos

Fueste a buscar?

Una voz antigua

De viento y de sal

Te requiebra el alma

Y la está llevando

Y te vas hacia allá

Como en sueños

Dormida, Alfonsina

Vestida de mar

LA VITRE ETOILEE DE GIVRE


normal_horloge-gare-orsay

LA VITRE ETOILEE DE GIVRE

Devant un marché à qui le mauvais sort fauche les jambes, il n’y a plus rien à voler M. le Président, dit l’oiso, là en tant que plaignant. A quoi sert de lever la main droite et dire je le jure, quand on sait d’avance qu’on ne croira que le menteur.

-Que voulez-vous dire , je ne comprends pas, lui répond l’herminé rouge …

-C’est le contraire que j’eusse rien compris fait l’emplumé en claquant la barre à putes et en s »enfuyant du Palais des glaces déformantes.

L’horloge à quai les heures rament aux avis ronds du club des charmeurs de serpents, la flûte enchantée toujours disponible au panier comme un jeune scout prêt à pas vouloir se faire reconnaître par attouchement du corps ecclésiastique. Voilà le contraste de l’écume des jours. Quand j’allais avec Boris glavioter sur tout ce qui tombe, on allaient au Tabou que pour se débarrasser des nôtres.

Garé devant chez le bougnat mon bout de bois cherche pas fortune,.

Il gèle à fendre  si tu veux que je te fasse mitaines je t’éventrerai peau à peau, comme une bohémienne-extra-lucide, qui lit l’à venir sans mettre un point à la ligne comme ceux qui laissent sur sa fin. Les étages de mes vagabondages descendent en âge au fur et mesure que l’étal-civil dit le contraire. Plus môme que moi, sans rien de sénile ça n’existe pas, , je pisse dru sans discussion prostatique à n’en plus finir, te le jure pas tu sais haut la main que vérifier par soi-même vaut mieux qu’un maux de trop.

Aujourd’hui je me fous des emmerdes à venir, à quoi bon vouloir les deviner, de tout ce qui se souhaite, c’est la certitude absolue qu’elles viendront toutes seules. Quand le matin et après je t’écris, je suis bien tout seul avec Toi,

au point que ça peut pas s’imaginer, y a qu’à voir les commentaires qui n’ont jamais envie de venir. pour ne serait-ce que pour imaginer….

Niala-Loisobleu – 20 Novembre 2018