Hommages pour 14-18.


Le cheval à la peine court au labour puis succombe à son tour comme chair humaine néantisé, la vie travaille au bonheur,la mort ne fume même pas la glèbe d’un engrais, la guerre c’est que du mauvais fumier..
N-L

L'Ornithorynque

HOMMAGES POUR 1914-1918.
45696386_2241913162711197_5233500903822065664_o

Hommage aux mutins, aux déserteurs, aux anti-militaristes, aux pacifistes, aux objecteurs de conscience, aux insoumis, aux anarchistes, à ceux qui ont désobéi, qui ont protesté, qui ont abandonné leur poste, qui ont été foudroyés par la peur, qui ont fui l’horreur, qui ont contesté les ordres, qui se sont dressés contre l’absurdité de la guerre et le pouvoir de ceux qui la déclarent.

Hommage à ceux qui ont été fusillés, exécutés, emprisonnés, battus, humiliés, exilés, déportés, ou condamnés aux travaux forcés pour avoir refusé de trouer la peau de leurs frères humains.

Hommage aux mères dont le ventre était rempli d’angoisse, aux sœurs et aux femmes qui ont réparé les corps et les âmes sans savoir comment, et aux petites filles qui ne jouent pas au soldat.

Merde aux maréchaux.

Yak Wasabi

Et merde à la guerre, au passage. Une guerre qui n’est jamais la nôtre, ne…

Voir l’article original 27 mots de plus

3 réflexions sur “Hommages pour 14-18.

  1. L’humanité prise au énième degré démontre une certaine nécessité de la guerre. Hélas le degré de compréhension est a un tel niveau qu’il dépasse l’entendement humain…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.