CREE D’Ô


 

9ad7ce7308310abdf8d4e3b8562de7a5

CREE D’Ô

Entourés de serrures à trous ouverts, faisant l’affligeant spectacle permanent d’un monde qui se renie sans la moindre épargne, blackboulés en décalage ou réunis en voie de garage nous refusons le boulier pour jouer à se conter les poings. Il y a un choix en tout. Qui ou quoi qu’on soit on ne peut échapper à la merde du jour, elle s’est mise à table avant d’avoir coupé la première tartine.

Haïssez -vous à votre aise en demeurant cachés pour pas qu’on vous reconnaisse, Nous on a en vie le goût de paraître tels, natureliche, sans le moindre abus, tout simplement comme quand on aime pour seule devise.

Niala-Loisobleu – 8 Novembre 2018

LA BOÎTE A L’ÊTRE 45


main-header_father-nature

LA BOÎTE A L’ÊTRE 45

Lopin Clopan 3

 

Comme il se rappelle, ce temps  où il s’élançait dans une autre jungle, le bambou devenu rotin pour se faire lien avec le lointain, sofa de son subconscient. Les jambes relevées ont rejoint la table de l’écarté. Plus besoin de lustre, on éteint tout alentour, la voûte céleste a le bon éclairage. Elle n’a pas que la blancheur de ce sa pureté, la fleur a le don de bouger l’immobile en déplaçant des volutes de parfums  différents. Le sol s’est mis au mouvement marin. C’est vrai que le feu à tomettes embarque au-delà du froid ces amphores aux huiles que le fruit de l’olivier a confondu aux pampres des collines en un nectar divin. Nous avons donné l’hospitalité aux  tendres étreintes. L’expression corporelle sait confirmer le prononcé des paroles. Souviens-Toi, les glycines qui tombaient du dais de lit comme elles t’allaient bien au teint. Dans la palette qui avait pris place dans mes délires, des chevaux sauvages jouaient avec les flamants roses d’un étang. Un groupe de noirs taureaux venu des oliveraies d’Estremadure faisait reculer les poseurs d’embûche de la corne. Un enfant qui s’était caché sous ta robe n’a pas pu retenir son rire jusqu’à trois. On lui a donné son p’tit-frère et sa p’tite-soeur pour qu’ils jouent ensemble. Et depuis tes seins n’ont cessé de se développer. Il reste que c’est ainsi que ce que je connais le mieux de Toi, c’est ce que le monde en ignore.

Niala-Loisobleu – 29 Novembre 2017

LA BOÎTE A L’ÊTRE 44


main-header_father-nature

LA BOÎTE A L’ÊTRE 44

Lopin Clopant 2

 

Il est vrai que le ressenti d’hier portait bien son germe. Ce ne sont pas les sceptiques qui pourront en faire annuler l’impression, en dehors de ce qui est télécommandé par un tireur de ficelles, ils sont hermétiques à tout. Les siècles ont suffisamment démontré cette vérité pour sortir du doute. L’Homme est fils de taupe ou de lynx. Le reste est bâtard. Je ne sais pas le nom de l’instrument qui donne tant de possibilités au vent. Sans doute y en a-t-il plusieurs en un seul. La bouche à air est parolière du muet comme de l’écrit. En dehors des cas dont je suis, qui s’accordent à reconnaître la multiplicité des endroits qui parlent dans un corps, personne n’y entrave le premier signe. Chacun d’eux à sa sonorité. Mon oreille plaquée à ton aisselle ne me barbe pas, j’ai tout ce qu’il faut comme poils à barbe. En revanche la conque de ton bas-ventre me laisse accroché comme une encre-flottante s’étant assurée une protection contre la venue de la tempête. Les messages captés-là, l’emportent, me ramènent, me posent au mouillage, me font repartir en cabotage, puis à nouveau droit sur une hauturière destination.Traversé d’éclairs de couleurs fulgurants, venus de poissons aux écailles de néons, tes émetteurs deviennent une fête de rue comme il y en avait au Moyen-Âge avant que l’automobile ait pourri l’air de ses chevaux-vapeurs. Tu sais les grandes trompes des hérauts, enrubannées d’oriflammes, eh ben je les retrouve chatoyant tout comme annonciateurs quand sautant du lit tu lâches les chiens de ta poitrine.. Il y a dans l’amour un spectacle antique qui tient du drame comme des jeux olympiques. Mis en gradins je te jure sans mentir que tu es l’arène à Toi toute seule.

Niala-Loisobleu – 29 Novembre 2017

 

 

 

Keblout et neimma – Poéme


Keblout et neimma – Poéme

 

téléchargement

 

Nedjma chaque automne reparue Non sans m’avoir arraché Mes larmes et mon Khandjar Nedjma chaque automne disparue.

Et moi, pâle et terrassé.

De la douce ennemie

À jamais séparé ;

Les silences de mes pères poètes

Et de ma mère folle

Les sévères regards ;

Les pleurs de mes aïeules amazones

Ont enfoui dans ma poitrine

Un cœur de paysan sans terre

Ou de fauve mal abattu.

Bergères taciturnes À vos chevilles désormais je veille Avec les doux serpents de Sfahli : mon chant est parvenu ! Bergères taciturnes, Dites qui vous a attristées Dites qui vous a poursuivies Qui me sépare de Nedjma ?

Dites

Qui livra Alger aux bellâtres

Qui exposa le front des cireurs

Aux gangsters efféminés de Chicago

Qui transforma en femmes de ménage

Les descendantes de la Kahéna ?

Et vous natifs d’Alger dont le sang

Craint toujours de se mêler au nôtre

Vous qui n’avez de l’Europe que la honte

De ses oppresseurs

Vous hordes petites bourgeoises

Vous courtisanes racistes

Gouverneurs affairistes

Et vous démagogues en prières

Sous le buste de Rila Hayworth

Qui ne retenez d’Omar Bradley

Que le prénom — et le subtil

Parfum du dollar —

Ne croyez pas avoir étouffé la Casbah Ne croyez pas bâtir sur nos dépouilles votre Nouveau Monde

Nous étions deux à sangloter

Sous la pluie d’automne

Je ne pouvais fuir

Tu ne pouvais me suivre

Et quand je parvins aux côtes de France

Je te crus enfin oubliée

Je me dis elle ne remue plus

C’est qu’elle m’a senti

Vagabond

Ennemi

Sauvage et de prunelle andalouse

Ne sachant quel époux fuir

Et quel amant égarer

De langue et de silence

Sœur de quelque vipère

Tombée dans mon sommeil

Et mon dard à sa gorge

M’emplit d’ivresse au sortir de la prison

J’apportais l’ardeur des Sétifiens

Et de Guelma m’attendait

La fille solitaire de Kebiout

Je me croyais sans sœur ni vengeance Nedjma ton baiser fit le tour de mon sar Comme une balle au front éveille le guerrier Mon premier amour fut ma première chevauchée (Nedjma nous eûmes le même ancêtre)

Kebiout défiguré franchit sans se retourner

Le jardin des vierges et l’une lui jeta au front

Un coquelicot

Kebiout traversa la mer Rouge

Et fuma le narguilé du Soudan

Kebiout revint à lui ; il s’agita dans sa poitrine

Une lame brisée entre le cœur et la garde ;

Avec le mal du pays

Il leva les yeux vers une colombe :

«Je ne suis pas natif de ces contrées

Comme toi colombe, je voudrais revenir

A la main qui m’a lâché ! »

Kebiout marchait les yeux fermés

Il sentit les bourreaux en riant s’éloigner

«Où est ma potence, que je jette

Un dernier regard sur l’avenir?

— Les colombes blessées sont insaisissables ».

Kebiout suivit un mendiant rêveur

Ils s’endormirent la main dans la main

Rue de la Lyre

Et l’aveugle lui montra le chemin

À Moscou Kebiout s’éveilla Nedjma vivait Sur un tracteur De kolkhozienne

Kebiout se perdit dans un parc

Et comme un Coréen

Reprit sa route dans les ruines

J’emporte dans ma course Un astre : Nedjma m’attend Aimez si vous en avez

Le courage !

Voyez la lune au baiser glacé

Nedjma voyage

Sur ce coursier céleste

Et Kebiout ronge son frein

Rejoindra-t-il Nedjma ou l’astre ?

Le paysan attend Kebiout s’étend sur une tombe Non pour mourir mais pour aiguiser Son couteau

Kateb Yacine
Naissance: Constantine, Algérie, le 2 août 1929
Décès: Grenoble le 28 octobre 1989

Yacine Kateb (Kateb de son nom, Yacine de son prénom) est un écrivain algérien, il est enterré au cimetière d’Al Alia à Alger.

Kateb est né vraisemblablement le 2 août 1929 (peut-être le 6 août). Il est issu d’une famille berbère chaouis lettrée de Nadhor, actuellement dans la wilaya de Guelma, appelée Kheltiya (ou Keblout). Son grand-père maternel est bach adel, juge suppléant du cadi, à Condé Smendou (Zighoud Youcef), son père avocat et la famille le suivent dans ses successives mutations. Le jeune Kateb (nom qui signifie « écrivain ») entre en 1934 à l’école coranique de Sedrata, en 1935 à l’école française à Lafayette (Bougaa en basse Kabylie, actuelle wilaya de Sétif) où sa famille s’est installée, puis en 1941, comme interne, au lycée de Sétif : le lycée Albertini devenu lycée Kerouani après l’indépendance.

Romancier et dramaturge visionnaire, considéré grâce à son roman Nedjma comme le fondateur de la littérature algérienne moderne, Kateb Yacine était avant tout un poète rebelle. Vingt ans après sa disparition, il occupe en Algérie « la place du mythe ; comme dans toutes les sociétés, on ne connaît pas forcément son œuvre, mais il est inscrit dans les mentalités et le discours social ». Il reste aussi l’une des figures les plus importantes et révélatrices de l’histoire franco-algérienne.

Témoin de la répression sanglante des manifestations du 8 mai 1945 à Sétif, il publie ses premiers poèmes l’année suivante : Soliloques. Dix ans plus tard paraît son roman Nedjma (1981), livre fondateur pour la littérature moderne du Maghreb. À partir de 1959, il écrit surtout pour le théâtre : Le cercle des représailles (1959), L’homme aux sandales de caoutchouc (1970), Mohammed, prends ta valise (1971), La guerre de 2000 ans (1974), Palestine trahie (1978)… Parmi ses livres majeurs, il faut encore citer Le polygone étoile (1966) et L’œuvre en fragments ( 1986).

En 1962, après un séjour au Caire, Kateb est de retour en Algérie peu après les fêtes de l’Indépendance, reprend sa collaboration à Alger républicain, mais effectue entre 1963 et 1967 de nombreux séjours à Moscou, en Allemagne et en France tandis que La femme sauvage, qu’il écrit entre 1954 et 1959, est représentée à Paris en 1963. Les Ancêtres redoublent de férocité et La Poudre d’intelligence sont représentés à Paris en 1967 (en arabe dialectal à Alger en 1969). Il publie en 1964 dans Alger républicain six textes sur Nos frères les Indiens et raconte dans Jeune Afrique sa rencontre avec Jean-Paul Sartre, tandis que sa mère est internée à l’hôpital psychiatrique de Blida (« La Rose de Blida », dans Révolution Africaine, juillet 1965). En 1967 il part au Viêt Nam, abandonne complètement la forme romanesque et écrit L’homme aux sandales de caoutchouc, pièce publiée, représentée et traduite en arabe en 1970.

Bibliographie

Soliloques, poèmes, Bône, Ancienne imprimerie Thomas, 1946. Réédition (avec une introduction de Yacine Kateb), Alger, Bouchène, 1991, 64p.
Abdelkader et l’indépendance algérienne, Alger, En Nahda, 1948, 47p.
Nedjma, roman, Paris, Editions du Seuil, 1956, 256p.
Le Cercle des représailles, théâtre, Paris, Éditions du Seuil, 1959, 169p [contient Le Cadavre encerclé, La Poudre d’intelligence, Les Ancêtres redoublent de férocité, Le Vautour, introduction d’Edouard Glissant : Le Chant profond de Kateb Yacine].
Le Polygone étoilé, roman, Paris, Éditions du Seuil, 1966, 182p.
Les Ancêtres redoublent de férocité, [avec la fin modifiée], Paris, collection TNP, 1967.
L’Homme aux sandales de caoutchouc [hommages au Vietnam et à Ho Chi Minh], théâtre, Paris, Éditions du Seuil, 1970, 288p.
L’Œuvre en fragments, Inédits littéraires et textes retrouvés, rassemblés et présentés par Jacqueline Arnaud, Paris, Sindbad 1986, 448p (ISBN 2727401299).
Le Poète comme un boxeur, entretiens 1958-1989, Paris, Éditions du Seuil, 1994.
Boucherie de l’espérance, œuvres théâtrales, [quatre pièces, contient notamment Mohammed prends ta valise, Boucherie de l’espérance, La Guerre de deux mille ans »,et Le Bourgeois sans culotte, œuvres écrites entre 1972 et 1988], Paris, Éditions du Seuil, 1999, 570p. Textes réunis et traduits par Zebeïda Chergui.
Minuit passée de douze heures, écrits journalistiques 1947-1989, textes réunis par Amazigh Kateb, Paris, Éditions du Seuil, 1999, 360p.
Kateb Yacine, un théâtre et trois langues, Catalogue de l’exposition littéraire du même nom, Editions du Seuil, 2003, 75p.
Parce que c’est une femme, textes réunis par Zebeïda Chergui, théâtre, [contient un entretien de Yacine Kateb avec El Hanar Benali, 1972, La Kahina ou Dihya; Saout Ennissa, 1972; La Voix des femmes et Louise Michel et la Nouvelle Calédonie], Paris, Éditions des Femmes – Antoinette Fouque, 2004, 174p.

Préfaces

Les Fruits de la colère, préface à Aît Djaffar, Complainte de la petite Yasmina
Les mille et une nuit de la révolution, préface à Abdelhamid Benzine, La Plaine et la montagne
Les Ancêtres redoublent de férocité, préface à Tassadit Yacine, « Lounis Aït Menguellet chante… »

Les œuvres de Kateb Yacine

Soliloques, poèmes. Bône, Imprimerie du « Réveil bônois », 1946. Réédité : Paris, La Découverte, 1991, Alger, Bouchène, 1990.

Nedjma, roman Paris, Seuil, 1956 . Le cercle des représailles, recueil de théâtre comprenant : « Le cadavre encerclé », « Les ancêtres redoublent de férocité », « Le vautour », « La poudre d’intelligence ». Paris, Edition du Seuil, 1959.

Le Polygone étoilé, roman Paris, Edition du Seuil, 1966.

L’homme aux sandales de caoutchouc, Théâtre, Paris, Edition du Seuil,1970.

L’œuvre en fragments : inédits rassemblés par Jacqueline Arnaud. Paris, Edition Sindbad, 1986.

Le poète comme un boxeur : entretien de l’auteur, 1958-1989, rassemblés par Gilles Carpentier. Paris, Edition du Seuil, 1994.

Minuit passé de douze heures : écrits journalistiques, 1949-1989, textes réunis par Amazigh Kateb Paris, Edition du Seuil, 1999.

Boucherie de l’espérance : œuvres théâtrale, textes établis et traduits par Zebeïda Chergui. « Mohamed prends ta valise », « La guerre de 2000 ans ou Palestine trahie », « La guerre de 2000 ans ou le Roi de l’Ouest », « Le bourgeois sans culotte ou le spectre du parc Monceau ». Paris, Edition du Seuil, 1999.

Prix littéraires

1963 : Prix Jean Amrouche, décerné par la ville de Florence, Italie.

1975 : Prix Lotus décerné par les écrivains afro-asiatiques dont les œuvres embrassent les luttes des peuples du Tiers-Monde.

1980 : premier prix du Lion pour le théâtre, Académie Simba et Corriere Africano.

1987 : Grand Prix national des Lettres décerné par le ministère de la Culture en France.

1991 : Médaille d’honneur décernée à titre posthume par le Jury du Festival international du Théâtre Expérimental, le Caire.

Contact – Membres – Conditions d’utilisation

© WikiPoemes – Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Kateb Yacine
(1929 – 1989)

LA BOÎTE A L’ÊTRE 43


main-header_father-nature

LA BOÎTE A L’ÊTRE 43

Lopin Clopant 1

 

Le grand sillage en v de plumes déployées tranche en terres, jaunes et ocres la morosité de l’endroit. Quelle bouche stérile mordrait l’arpent en attente. Voici que le collier bleu-vert des oies fait chanter son plumage. Du plomb fondu d’un ciel sans vitrail, perce une entrée d’air. De la motte qui tressaille un tremblement attire l’attention des pilotis en sommeil. On dirait une épure en couches, prête à ériger ses pierres. Les membres de levage se dégourdissent les doigts sans que le moindre signal de frayeur ne se lise dans le tapis des oiseaux. Que pourrait-il y avoir dans le bruit de poitrine  des roches brunes, si ce n’était le décapage des suies anciennes ? On dit qu’une race humaine est passée par là, il y a bien longtemps. Je crois que l’espoir qu’il faut toujours conserver par devers soi pourrait vouloir matérialiser en cet instant, la reprise du vouloir vivre. En tout cas, ça y ressemble fort. Des signes de feu sortent des stigmates du monde enfoui. Des battements de dextres sur des peaux animales viennent jeter des envolées de chevelures  mises en mouvement continu par des sauts de croupes montées sur jambes. Tandis que le renversement des nuques actionne des tournoiements de seins. Tellement enragés qu’il est loisible de les entendre aboyer. Une manifestation à faire ressurgir le regard de la conscience du fin fond des limbes.

Niala-Loisobleu – 28 Novembre 2017