EN ATTENDANT QUE REVIENNE LE JOUR


8b516de25143c78531be8937252a90b4

EN ATTENDANT QUE REVIENNE LE JOUR

 

Les doigts encore tremblants du jardin que les ongles ont fouillés, des iris jusqu’aux noyaux, la feuille frémit comme un claquement de langue, la table de ferme s’ouvre comme une fringale…

L’armoire normande grimpe aux chaumes,

les pommiers tournent en cabane, le pressoir c’est en bolée, nous itou…

 

N/L/03/11/18

2 réflexions sur “EN ATTENDANT QUE REVIENNE LE JOUR

  1. Tandis que le riche automne
    Se balance à nos pommiers
    Mes amis, que l’on entonne
    La chanson de nos celliers :
    C’est la chanson de la tonne
    Où le bon « pur jus » s’endort …
    Mes amis, que l’on entonne
    La Chanson du Cidre d’or. (bis)

    II.

    Tandis qu’ailleurs l’on réclame
    Pour le vin la primauté
    Mes bons amis, que l’on clame
    Notre nectar enchanté !
    Rien ne vaut sa douce flamme
    Qui réchauffe et nous rend fort …
    Mes bons amis, que l’on clame
    La Chanson du Cidre d’or. (bis)

    III.

    Au palais et sous le chaume
    On le goûte avec bonheur ;
    De Paris jusques à Rome
    Plus d’un Grand lui fait honneur :
    Chacun vante son arôme,
    Sa couleur et son abord …
    On connaît jusques à Rome
    La Chanson du Cidre d’or. (bis)

    IV.

    Tandis que glisse la plainte
    Du vieil automne chagrin
    Mes amis chantons, sans crainte
    Notre fraternel refrain …
    Au pressoir la pomme étreinte
    Donne son jus à plein
    Mes amis, chantons sans crainte
    La Chanson du Cidre d’or. (bis)

    V.

    Pour que passe, heureuse et brève,
    L’heure au songe importunant,
    Mes amis, chatons sans trêve,
    Le bon champagne normand :
    Il égaiera notre rêve,
    Secondera notre effort …
    Mes amis, chantons sans trêve,
    La Chanson du Cidre d’or. (bis)

    VI.

    De sa vertu, qui nous grise,
    Gardons nous de faire abus
    Car quiconque la méprise
    N’en jouira jamais plus …
    A la gaité donnons prise,
    Rendons heureux notre sort
    Mais honni soit qui méprise
    La Chanson du Cidre d’or. (bis)

    Alfred Noël.
    Alfred Noël : Chansonnier et poète, d’expression normande, est né à Valognes le 30 décembre 1883. Auteur de « La Chanson du cidre d’or » ,il publie divers recueils dont Chansons normandes du pays de Valognes,La Bonne veillée, Veillée normande, Veillée concert et Veillée rustique. Au même titre que Louis Beuve, il participe au développement de la langue normande sous sa forme écrite.

    Ma bolée levée
    sur notre champ-pignon, mon Alain
    tandis que » La bête rote dévotement dans l’air rustique »

    J'aime

    • Ah du Cid te voilà qui Chimène ma Reinette
      de là à se foutre du serpent et escalader à la paume
      l’arbre à pépins, il n’y a qu’un pas pour écouter ton rossignol local
      et b’olé b’olé…

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.