CES GOUTTES A LA SOIF INASSOUVIE


98bc11b1d6c63a3c74d3ced2b6f7bc67

CES GOUTTES A LA SOIF INASSOUVIE

 

Le canal se borde et ne peuplier

un chaland chargé d’état d’âme se tire comme un batelier  au lé

sur la tête d’une armoire sans pharmacie, un vol d’oies sauvages appelle à s’y joindre.

Devant cet ocre qui court sur les hanches de la colline quelques pensées font devanture de chrysanthèmes autour d’un jardin d’enfants. A pigeon vole. La coulée verte se répand sous tes fesses devant le chien qui tient garde pendant que la main ligne de vie, un doigt dans l’encrier, un autre sur la palette, l’accordéon tord ses reins en pulsions fertiles le long de nos rues, sa courbe de parturiente met au monde un air respirable.

Les tâches qui te retiennent ne parviennent pas à mettre en marge un programme qui dérange, la mer devant la porte ne montre que l’étal exhibitionniste du port, richesses qui ne savent même rien d’autre que s’accrocher à quai, alors que notre pauvreté nous procure l’art de naviguer en pénétrable. Le sémaphore devant la côte sauvage nous guide nus sans que le froid ne nous sommes de retourner au show d’une vie pleine d’un quotidien ordinaire grouillant d’indifférence. Nous sommes tellement l’un de l’autre que la proximité ne peut user notre partage. A voir de loin rapproche comme ne peut savoir ce qui compresse de faux transport métropolitain.

Les planches de bois flotté ont noyé les cris inhumains du débit arboricole des scieries. La montagne téléféérique panoramise les baies fruitées  qui sentent la garrigue et le poil de l’animal qui y jouit, le corps encorné au mouvement éternel d’un levé de poussières.

Entends ce cri qui n’est que le rebond de la nuit des temps, nous sommes d’ailleurs…

 

Niala-Loisobleu – 1er Novembre 2018

5 réflexions sur “CES GOUTTES A LA SOIF INASSOUVIE

  1. Dès l’aube, tout est dit
    et des pas que nous ferons
    tendus sur ce fil d’air que nous foulons comme les funambules du respirable
    et à se marier en poésie , on traîne derrière nous les dentelles d’un beau cortège d’âmes insoumises qui nous aiment un peu et qui comme nous jamais ne rendront la monnaie de leurs yeux…
    Merci mon Alain…

    J'aime

  2. D’un monde qui regroupe à tours de bras que pour développer l’épars que pourrions-nous attendre ?Le grand fric frac. Marions-nous en poésie, ma Barbara le cor sonnera pas l’hallali. Nos dentelles sont sans dessous sales, insoumis dans aucun plan d’épargne devrait faire intérêt.
    Quant à rendre la monnaie …
    J’ai envie de garder tout de Nous.

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.