LES YEUX QUI DISENT


826d6c20130fa4fb0b5372dc515ea481

LES YEUX QUI DISENT

 

Pan incliné la racine suit le chéneau par capillarité

Main à main en empan – stop – avant-bras suit

Quand la gare a détaché le train le temps pont s’est avancé

Puis il y a l’en vie qui double…

 

Niala-Loisobleu – 24/10/18

HORIZON


d5f0a960b8883219eaf682795db885d8

HORIZON

Frisson d’une clarté

la nature se dissipe du noir

Les fraises d’une jeune poitrine que je mords

Ils n’entendront du cheval qu’un bruit sans voyage

nous serons alors parvenus très loin du sépulcre

Niala-Loisobleu – 24/10/18

SI LE SOLEIL TARDE


fille-jouant-la-mariée-6256439

SI LE SOLEIL TARDE

 

Les jours fainéantent, grosse paresse du matin, le froid pousse à rester enfoncé sous la couette. Et puis cette prolongation ramène au vif du sujet. L’instant favorable pour un choix qui nous appartient. Un coin de campagne en pleine ville, le quai d’un départ attendu, pourquoi pas, ce qu’il faut c’est le vivre pas le laisser pour compte au panier à linge sale.

Dans ton visage d’enfant le réveil de tes yeux sur des couleurs n’appartenant qu’à toi c’est une vacance, un coin de cabane juché dans le gros arbre qui ferme le pré aux vaches, un bruit de gamelle d’un jeu à la mariée, ton minois si pur, les mèches de cheveux longs qui s’échappent du rideau que tu fais tenir sur ton crane avec une branche d’églantine, comme tu es belle , le cheval frémit de grelots d’attelage de fête, te voilà vivante dans le rêve de ta .

Le jour se lève comme un spectacle de parade. mené par l’arrière-grand-mère, qu’un jeu de lumière sort de l’ombre des pierres debout du cimetière. où se penche le clocher de cette vieille église où l’on vient pas se mettre à genoux. Si le soleil tarde c’est pas une raison d’arrêter de faire le ménage de son ciel….

Niala-Loisobleu – 24 Octobre 2018