L’ORIGINE DES SENTEURS


51411408

L’ORIGINE DES SENTEURS

L ‘autre côté des planches vient se frotter au piquant d’un air choisi, question d’épiderme la peau n’st pas une imitation de parfum dans le but de chasser. Si le piège prend l’apparence d’un endroit sans problème, vite se renfiler dans une manche ou une jambe de pantalon. Sous le duvet je me pelotonne en rang serré., ton nombril est un chai souterrain  pour affiner l’état brut.

Au moment où l’embrun se prépare à sauter le cheval se campe sur ses jambes en bandant ses oreilles sur l’aqueux

Frisonne de l’isthme fauve que je cap d’espérance,

N-L – 21/10/18

2 réflexions sur “L’ORIGINE DES SENTEURS

Les commentaires sont fermés.