L’ORIGINE DES SENTEURS


51411408

L’ORIGINE DES SENTEURS

L ‘autre côté des planches vient se frotter au piquant d’un air choisi, question d’épiderme la peau n’st pas une imitation de parfum dans le but de chasser. Si le piège prend l’apparence d’un endroit sans problème, vite se renfiler dans une manche ou une jambe de pantalon. Sous le duvet je me pelotonne en rang serré., ton nombril est un chai souterrain  pour affiner l’état brut.

Au moment où l’embrun se prépare à sauter le cheval se campe sur ses jambes en bandant ses oreilles sur l’aqueux

Frisonne de l’isthme fauve que je cap d’espérance,

N-L – 21/10/18

VIVENT LES MARIES


lesmarisdelatoureiffel-2

VIVENT LES MARIES

 

Les soubresauts du buisson  aux fleurs blanches se tenaient encore debout au lendemain des cloches

Par la main greffée du nouvel anneau.

Vivent les mariés cogne un pic-vert au tronc de l’Arbre Légendaire.

Les mousses émus commençant à sentir le besoin du poids des corps courir sur les tomettes du plancher des ponts appuient au chant pignon.

Les bouches de deux guitares prises en cordée au carré des étages enferment le patio des cris d’une suite de noces que la senteur des fleurs a remuées.

Comme balancent les seins aux claquements des mains

Les pois de la jupe partis sur la chaise

la fleur de l’hymen à jamais vivante en taire dans leur âme

La côte de tes hanches où bat la mer, me porte aux pôles de naissance de tes créoles

Vivent les mariés

l’estuaire ne mendie plus

le delta dit en corps  oui dans un large sourire…

 

Niala-Loisobleu – 21/10/18

GUEULE DE VOIR


b28448c6c9beed84f41cfcd6e35795d6

GUEULE DE VOIR

 

Les chemins sauvages ont du mal a garder leurs baies ouvertes et les petits lapins se tiennent dans  la méfiance, l’intrus montrant une arrogance de plus en plus forte

 J’ai les yeux qui me tiennent la tête au fond du seau ce matin, 40 ans d’amitié ça se fête. Mais au brouillard des paupières collées se perce le rai de joie de savoir que c’est ça qui compte. Une marque d’amour ne saigne pas quand elle rit.

Vais y aller doucement, commencer par me brosser le papier buvard qui colle aux dents. Puis sous la douche tes seins ruisselants me cascaderont loin des demandeurs de quelque chose qu’ils peuvent pas trouver seuls.

L’Atelier j’irais vite, il tient en lui cet autre jour qui attend de sortir faire pisser sa joie.

Comme je t’aime…

Niala-Loisobleu – 21 Octobre 2018