MA FOUGUE DE VIVRE, JE TE LA DOIS


46c5dfb323bd6c1332c159c750954e69

MA FOUGUE DE VIVRE, JE TE LA DOIS

Radieuse comme soleil, à donner frissons la chaleur de tes -je t-aime,
Qu’importe ce que tu m’ écriras mon bel ange à l’endroit ou à l’envers,
La grâce de tes yeux, jolies perles au si doux feu vaut mille poèmes
Tes douces lèvres, ton parfum suave m’ écriront les plus beaux vers.

Convaincue bella Graziella qu ‘il y a mille et une façons d’écrire,
Ma tendresse, autant de manières d’exprimer ses idées ou ses rêves.
La poétesse avec sa plume, toi le plus fou, le plus beau des sourires.
Souvenir de trésors exhibés, art inné d’amoureuse au corps d’Eve.

Graziella mon cœur ne vit que pour toi, le tien mon printemps éternel.
Je ne dors plus sans toi,nos étreintes chaudes,nos douces caresses
Ma fougue de vivre ce bel amour, de toutes les fleurs la plus belle,
Je te les dois .Dans mes bras bercée, tu revivras ta sublime ivresse.

Sadek Belhamissi

7 réflexions sur “MA FOUGUE DE VIVRE, JE TE LA DOIS

  1. L’ô à Zis, est une escale où les dunes se coiffent de palmes. Quand le soleil tombe pour le seoir, le froid serre corps à corps sous la tente…
    Merci Charef, oui je trouve que ce poème a du chant du Grand Sud…
    Bon après-midi à toi.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.