AVANT LE TOMBE DES ETOILES


 

EGYPTE Février 2009 123

 

AVANT LE TOMBE DES ETOILES

 

Le pot renversé vient d’atteindre l’endroit du chien, coin de flamme devant l’âtre, carreaux de sel du marais, part de terre que le feu a cuit de sa langue.

Le chandelier debout sur le manteau de la cheminée tend  sa branche à un désir d’abeille.

Un bruit sec de corde qui se brise tremble dans le ventre de la guitare, là où la lune se baigne dans la fontaine..

Ils sont rentrés perclus du labourage, écume blanche au poitrail. L’abreuvoir garde le bruit de leurs sabots dans son reflet mouvant.

On aurait dit l’immensité du Nil tirant une felouque à s’unir au soleil…

 

Niala-Loisobleu – 05/10/18

AU LENDEMAIN D’HIER


004.JPG

AU LENDEMAIN D’HIER

 

Les forains de passage sur la place du marché tapagent de bon matin en remuant les barres à putes de leur pauvre cerveau corrompu au commerce libéral. Difficile d’entendre un coq chanter, il reste plus d’églises que de gallinacés originaires de la genèse.

Dans l’imbroglio d’un sous-vêtement ecclésiastique le petit premier communiant risque d’avoir les joues plus rouges que sa robe.

Mais la mer fidèlement attachée au fil pendulaire de la lune est un gage de confiance, hier allongé sur le flanc la ligne de ton dos m’a rassuré par la plénitude paisible de confiance de son bas vallon. Il ya en corps des balises qui guident sans conduire au naufrage.

Ainsi tu es bien là, droite sur ta quille, filant l’alizé comme gaillard d’avant pas handicapée par la jambe de bois d’un pirate de site internet. T’aimer comme je m’en rends compte preuve à neuf au petit jour.

Le bord du bassin est Marennes un gage de confiance, on m’y a soustrait la cabane, mais pas touché à la Seudre et ses veines tranchées dans la vase où circule l’iode. Le revoir comme hier m’a permis de l’ajuster aux meuhs de l’éventrée. Comme j’aime à te vivre ma Muse…

Niala-Loisobleu – 5 Octobre 2018