NOTRE JARDIN BLEU 4


NOTRE JARDIN BLEU 4

Et nous nous sommes éveillés

dormant encore sur l’élan

de la liberté des corps

au jardin bleu érigé contre

la ferraille usée

des passagères rencontres

qui laissaient un goût de sang

à nos bouches éprouvées.

J’ai planté mon âme

au coeur de tes rosiers anciens

qui dessinaient les ruelles artisanes

de notre Eternel besogneux;

 tu t’es niché au creux

de l’asile transitoire

que racontait cette histoire

d’eau libre et de feu.

Au bleu pavot du matin,

nous avons mis en dépot dans nos mains

jointes

l’oiseau chaud de nos poumons

nous promettant que son vol n’emprunte

jamais la triste artère du commun.

Barbara Auzou

P1050728

Notre Jardin Bleu 4 – 2018 – Niala – Acrylique s/toile 61×46

MÉCANIQUE VERBALE ET DON DE SOI


IMG-0051

MÉCANIQUE VERBALE ET DON DE SOI

Aucun mot n’aurait mieux pu, sans doute, exprimer sa joie.
Il le dit et tous ceux qui attendaient contre le mur tremblèrent.
Il y avait au centre un grand nuage — une énorme tête et les autres observaient fixement les moindres pas marqués sur le chemin.
Il n’y avait rien pourtant et dans le silence les attitudes devenaient difficiles.

Un train passa derrière la barrière et brouilla les lignes qui tenaient le paysage debout.
Et tout disparut alors, se mêla dans le bruit ininterrompu de la pluie, du sang perdu, du tonnerre ou des paroles machinales, du plus important de tous ces personnages.

Pierre Reverdy

 

Ecrasé sous l’absurde de la masse qui roule et amasse, je sentis ma voix disparaître sous mes jambes. Cet instant où se perd la conscience terrasse à mettre le pouce comme  la fin du combat de l’arène

Ton refus de ne pas aboutir désir surhumain de mettre ton amour face à l’ombre en lumière totale, abat du mauvais jour, la fin des successions de bords d’amers contre nous.

De ton existence tu m’as dit confiance, tiens bon j’y arriverons.

 

N-L – 04/10/18