LE CHEVAL EN PARLE


 

 

3b8ebf6615f3bc5e3dcc42e97a90c624

LE CHEVAL EN PARLE

Fuyant les curies, anneaux d’amarrage et poteaux de stationnement obligatoire, en passant la porte cochère mon cheval pris sa pensée en selle et l’emmena découvrir ce qui se cache derrière ce que l’ortie garde précieusement. Coin de menthe sauvage, préféré de l’arbre à soie, caressé par la brise marine, mélangée d’Iroise et de Pertuis d’Antioche. Là où la coquille s’ouvre sans claquer des dents. Aux claires les bassins de radoub grattent les goudrons que le tartre calcaire. Il reste après des millions d’années de marées, un trou de sable où trempe la prochaine. Celle de l’étoile de mer. Astérie contée.

Les décors de films de guère dressent en squelettes les berges pas accostées. Un bloc de mur penche la tête de côté, l’écume y a rougi de son casque percé. L’espoir parti aurait pu croire ne jamais pouvoir arriver. Quand la côte mitraille la plantation des croix blanches avance sur le territoire. L’oeuf porte ou fausse-couche. Doit-on néantiser le symbole de la poule ? Comme on élinguerait les chants de tournesol pour plus qu’ils tournent. La caverne est l’antre de l’étoile, c’est le berceau de la toute première qui ne s’est jamais éteinte malgré l’ingéniosité du mal.

L’Amour ça saigne.

Revenant vers la cabane éventrée, j’emmène mon petit cavalier pour lui montrer les histoires des grands-mères, les rubans qui n’ont pas jaunis, malgré qu’on aura voulu leur couper les doigts. Une enfant tourne dans le noir, sa balançoire invente des besoins de trapèzes-volants qu’un rouleau de moquette compresseur pousse au précipice d’un sol indifférent. Les fausses-routes se mettent en embuscades.

L’illusion d’un faire-paraître glisse ses rôles.

Là-haut l’étoile guette, elle cligne du caillou semé, elle odorifère de la garrigue, elle dresse un escalier manuel qu’il faut monter à la force du poignet, elle sémaphore des bras du fleuve, ouvre grand l’estuaire. La berge d’en face signe son accord. Les iris d’un déploiement des lèvres chantent des couleurs de Vincent, le piano soulève son couvercle pour poser l’aveu au clavier, il faut toujours et encore y croire…

Niala-Loisobleu – 21/09/18

 

7 réflexions sur “LE CHEVAL EN PARLE

  1. Quand la berge d’en face signe son accord, cheval et cavalier atteignent les étoiles…J’ai vu , sur sa balançoire, une enfant leur envoyer des baisers…
    Un bien beau texte…
    Merci mon Alain…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.