UN PEAU PLUS LOIN


12bdeebaa9a6804a0c6ea2262ecb2627

UN PEAU PLUS LOIN

En grattant l’épisode au moment du mot à suivre, alors que le grand Jacques faisait ses adieux, j’ai vu venir l’écriture de ces paroles détournées du temps à remplir. On a des longueurs de bassin d’ennui phénoménales dans une seule journée en mauvaise compagnie. Du ton de voix qui monte on se couvre les oreilles  pour suivre sa pensée. La vie est un curieux assemblage de distances à rapprocher. A croire que la taille des bonnets change entre le saint du jour et ceux avec qui on ne fête rien à acheter. L’enfant dans son cauchemar accélère sa fuite et avance toujours de moins en moins vite. Au bout du lit en soupente, la table de toilette tient la cuvette et son pot sur les veines de son marbre de Carrare. Les pensées oniriques s’y caressent d’un gant qui éponge avec précaution, propre à séparer ce qui est à garder de ce qui est à nettoyer. Il faut chasser ces regards déplacés. L’image intime est saine. Elle n’a pas à craindre d’appartenir à certaines formes de maladie. Le cadre de Notre Jardin Bleu prolonge le tableau sans le limiter.

Niala-Loisobleu – 15/09/18

4 réflexions sur “UN PEAU PLUS LOIN

    • Dépliée sur le sol la toilette reçoît les rechanges pour le voyage qu’un noeud va réunir des quatre coins au bout du bâton de marche, voyage, voyage, le sol se dérobe voici le jour dans sa nudité totale ma Barbara.

      Aimé par 1 personne

  1. Recueil : Les sonnets sur le Salon de 1851 (1860).

    Jeune et svelte Atalante aux beaux reins potelés,
    De ton Pygmalion ta chair vivante est digne.
    Lui seul a le secret de cette forme insigne,
    Divinisant les corps par sa main modelés.

    A son âme d’artiste ont été révélés
    Les mystères profonds du galbe et de la ligne,
    Et ces molles rondeurs que la femme et le cygne
    Font voir dans leurs contours par les Grâces moulés.

    Les païens, ennemis des voiles et des robes,
    Ne pétrirent jamais plus moelleux demi-globes,
    Ne tracèrent jamais plus purs linéaments.

    Heureux qui donne ainsi, réalisant son rêve,
    L’éternité du marbre à la beauté si brève,
    Et rend visible aux yeux l’idéal des amants !

    Amédée Pommier.

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.