Le Renverseur


Le Renverseur

 

Horizon happé, s’agite un fantasme hippie, sorte de retour à l’origine. Brouhaha. D’abord ceux qui comprennent jamais mais qui s’expriment en premier tapent du pied. Comment, quoi, il faut accepter de réformer comme un vice sans fin car c’est le seul moyen de faire semblant de vouloir tout en reconnaissant ne pas pouvoir. Dans les temps morts entre deux reprises de réunion on glisse du Johnny caisse qu’elle a ma gueule, un deuil de Céline Dion, un retrait de Lloris, quelques soucis princiers, un gorille sous protection, les promesses de rapport d’une frigide, un aveu menteur, une offre d’affinités en promo, les foires au vain…

Chut rien à dire sur les malades qui renoncent à se faire soigner parce qui sont sans son, pas vers au nique.

Je veux Notre Jardin Bleu…

N-L – 13/09/18

Peter Sloterdijk ou le gai savoir du temps présent


Peter Sloterdijk ou le gai savoir du temps présent

A 70 ans, le « colosse de Karlsruhe » est l’un des penseurs les plus stimulants et érudits de l’Europe des idées.

LE MONDE |  • Mis à jour le  | Par Nicolas Truong

Peter Sloterdijk, à Cologne en  2016. Le philosophe est un de ceux qui ont le mieux analysé le phénomène de la globalisation.
Peter Sloterdijk, à Cologne en  2016. Le philosophe est un de ceux qui ont le mieux analysé le phénomène de la globalisation. Henning Kaiser/dpa/AP

Peter Sloterdijk est un agitateur métaphysique, un romancier du concept, un intellectuel omnivore. Tout, chez lui, est matière à méditation, de la guerre des monothéismes à l’essor de la globalisation, du triomphe de Donald Trump à l’élection d’Emmanuel Macron. Avec sa célèbre trilogie des Sphères (Bulles, 2002, rééd. Fayard/Pluriel 2011 ; Globes, Fayard/Pluriel, 2010 ; Ecumes, Libella-Maren Sell, 2005), œuvre foisonnante de plus de deux mille pages, il a décrit la morphologie générale de l’esprit humain qui se protège de l’insécurité existentielle par de multiples bulles protectrices, religieuses ou métaphysiques, commerciales ou politiques.

Il est de ce fait un de ceux qui ont le mieux analysé le phénomène de la globalisation qui parachève cette « sphérologie » audacieuse (Le Palais de cristal, à l’intérieur du capitalisme planétaire, Libella-Maren Sell, 2006). Le monde des Grecs nous englobait (avec ses corps célestes et la voûte étoilée), celui des grands explorateurs éprouvait la rondeur de la Terre par voie de mer (avec la circumnavigation), celui d’aujourd’hui nous permet de faire venir le monde à nous sur nos écrans miniaturisés : « Nous englobons le monde. »

Renverser les valeurs

A 70 ans, retraité de la fameuse Hochschule für Gestaltung (université des arts et du ­design) de Karlsruhe (Allemagne), dont il fut un temps le recteur, il demeure également un infatigable polémiste. Un trublion qui veut en finirnotamment avec la « fiscocratie » de nos sociétés (Repenser l’impôt, ­Libella-Maren Sell, 2012), au risque de s’attirer les foudres des progressistes allemands, le philosophe Axel Honneth en tête, qui s’insurge contre « la jactance »antisociale de cette « coqueluche des médias » qui laisserait entendre que les pauvres volent les riches (Le Monde, 24 /10/2009).

Mais Sloterdijk ne renonce pas. Aussi éloigné de la « médiocrité postextrémiste »de la gauche radicale que de la « tautologie moralisante » de la nouvelle philosophie, il cherche à renverser les valeurs et, à l’opposition classique entre le bien et le mal, préfère celle « entre le lourd et le léger », entre ce qui alourdit l’existence et ce qui la rend plus légère.

Lire aussi :   Politique : la fin des utopies ?

« La philosophie que l’on choisit dépend de l’homme que l’on est », écrit-il dans Tempéraments philosophiques (2011, rééd. Fayard/Pluriel, 2014). L’homme est un colosse sensible, drôle et mélancolique. Un travailleur acharné qui écrit 20 pages par jour et parcourt 40 kilomètres à vélo, surtout lorsqu’il peut les faire dans le Pays de Grignan (Drôme) qu’il aime tant, et où il réside dès qu’il en a le temps.

Car Peter Sloterdijk considère la France comme une « éternelle fiancée » tout comme « une implosion spirituelle permanente » qu’il dépeint avec amour, acuité et ironie (Ma France, Libella-Maren Sell, 2015). Avec ses allures de géant nordique érudit, ses cheveux et ses idées en bataille, la fausse nonchalance d’un animal aux aguets, il bouscule le petit monde de la philosophie.

Odyssée conceptuelle

Dès son premier livre, que Jürgen Habermas salua comme un « événement »dans l’histoire des idées – avant de s’opposer à lui quelques années plus tard lors de la polémique suscitée par ses Règles pour le parc humain (1999, rééd. Fayard, 2010) –, Peter Sloterdijk rompt avec la posture apocalyptique des maîtres de la théorie critique. Contre « l’agonie » de la philosophie, il ravive l’ironie du cynisme antique ­ (Critique de la raison cynique, 1983, rééd. Christian Bourgois Editeur, 2000). Et réhabilite un gai savoir philosophique.

Pour les uns, ce « nietzschéen de gauche » serait devenu aujourd’hui un « néoréactionnaire », avec sa savante mais virulente charge contre « les enfants terribles de la modernité » sans père ni repère, qui prétendent faire table rase du passé (Après nous, le déluge, Payot, 2017). Pour les autres, il est celui qui a le mieux théorisé le temps présent. Sa méthode ? Le conte philosophique touffu et érudit, l’odyssée conceptuelle. Car « pour éclairer la situation, il faut de grands récits », dit-il.­

A L’OPPOSITION CLASSIQUE ENTRE LE BIEN ET LE MAL, PETER SLOTERDIJK PRÉFÈRE CELLE « ENTRE LE LOURD ET LE LÉGER ».

Artiste de la métaphore et de l’image conceptuelle, son style, à la fois aérien et robuste – français et allemand, aurait dit Nietzsche – est admirablement servi par son traducteur, Olivier Mannoni. « Quand on est son invitée, on le voit devant ses lourdes casseroles en train de préparer avec minutie un mets succulent parsemé de réflexions de haute volée métaphysique », témoigne son amie et éditrice Maren Sell qui publie en France cet « être continuellement inspiré, comme si un petit génie était en permanence accroupi sur son épaule lui chuchotant ses fulgurantes observations ».

Une aventure qui dure depuis son ­Essai d’intoxication volontaire (1997, rééd. Fayard, 2010). Car, oui, il faut être « intoxiqué par son époque » pour mieux la penser, explique Sloterdijk. Vivre des expériences, pratiquer des exercices spirituels. Aller même – comme il le fit dans sa jeunesse – jusqu’à l’ashram de Poona en Inde et suivre le gourou Bhagwan Shree Rajneesh, ce « Wittgenstein des religions », dit-il, qui animait des « séminaires érotiques » aux « règles frivoles ».

Européen convaincu, Peter Sloterdijk a, lors de la campagne présidentielle, « vivement » salué la candidature d’Emmanuel Macron, « parce qu’il est le seul à apporter un concept actif et positif de l’Europe », invitant ses amis français à « ne pas éteindre les Lumières ». Le 23 septembre, il dialoguera avec le médiologue Régis Debray, l’un des intellectuels français qui, avec Bruno Latour ou Daniel Bougnoux, entretiennent un dialogue fécond avec le colosse de Karlsruhe.

Nul doute qu’il ne partage pas l’idée défendue par Regis ­Debray selon laquelle l’américanisation du monde précipite la chute de la civilisation européenne. Ni, peut-être, sa critique du « nouveau pouvoir » de Macron. Mais la capacité partagée par les deux philosophes à saisir l’époque par la pensée est telle qu’il y a fort à parier qu’ils donneront à voir ce que peut être un théâtre des idées.

UN JARDIN LABYRINTHE


 

553ddfa546f5f6559ff6e802ea3c0f4a

 

UN JARDIN LABYRINTHE

L’automne éblouit ici. Annie vit parmi cet embrasement, froide et reposée, presque indifférente, et je m’en indigne. Casamène est perché sur l’épaule ronde d’une petite montagne crépue de chênes bas, qu’octobre n’a pas encore mordus de sa flamme. Alentour, ce pays, que j’aime déjà, réunit l’âpreté d’un midi de mistral, les pins bleus de l’est, et du haut de la terrasse de gravier, on voit luire, très loin, une froide rivière, argentée et rapide, couleur d’ablette.

Le mur de clôture s’écroule sur la route, la vigne vierge anémie sournoisement les glycines, et les rosiers qu’on ne renouvelle pas dédoublent leurs fleurs, redeviennent églantiers. Du labyrinthe, puérilement dessiné par le grand-père d’Annie, il reste un fouillis d’érables, d’alisiers, des taillis de ce qu’on nomme à Montigny « pulains » , des bosquets de végelias démodés. Les sapins ont cent ans et ne verront pas un autre siècle, parce que le lierre gaine leurs troncs et les étouffe… Quelle main sacrilège tourna sur son socle la dalle d’ardoise du cadran solaire, qui marque midi à deux heures moins le quart ?

Les pommiers âgés donnent des fruits nains à mettre sur les chapeaux, mais une treille de muscat noir, mystérieusement nourrie, s’est élancée, vigoureuse, a couvert et effondré un poulailler, puis, ressaisissant le bras d’un cerisier, l’a noyé de pampres de vrilles, de raisins d’un bleu de prune qui s’égrènent déjà. Une abondance inquiétante voisine ici avec l’indigence pelée des rocs mauves qui crèvent le sol, où la ronce même ne trouve pas de quoi suspendre ses feuilles de fer hérissé.

[…]

Vous ne trouvez pas que Casamène est une des passionnantes et mélancoliques extrémités du monde, un gîte aussi fini, aussi loin du présent que ce daguerréotype de votre grand-père ?

Elle hésite :

– Oui, autrefois je l’ai aimé, quand j’étais petite. Je croyais au labyrinthe, à l’infini de l’allée qui revient sur elle-même… On m’a dégoûtée de Casamène. Je m’y repose… je m’y pose… là ou ailleurs !…

– Incroyable ! dis-je en secouant la tête. C’est un endroit que je ne voudrais céder à personne; si j’avais Casamène…

– Vous l’avez, dit-elle doucement.

Colette – Extrait de : La retraite sentimentale