MARINE IN


MARINE IN

 

Les vases gagnent sur le sable, amarrées, le ber atteint de mal de dos penche à noyer la coque, on cherche le bout de l’amarre à la remontée de la câle. La plage pâlit, l’encre bleue a pris froid  au bord du cimetière marin, elle violace de suspension. Pourquoi mauvaise pêche le soleil ne brûle plus les écailles, les appeaux sont repartis vers leur résidence principale. Un requin a fait fuir le drapeau vert de la baignade, à l’intérieur pourtant le grand-pardon n’aurait pas du annuler sa représentation, ça décoiffe et chapeaux ronds. Vas savoir pourquoi les roses jaunes du jeté de tes cendres Petit-Frère, me galopent le douanier du chemin, ce coin Chausey médite tout haut, chante feu de bois avant de crier face au large. Les ocres se sont fondus aux grisés des hautes-herbes, quelques oyats violaceront avant l’hiver si les goudrons ne débarquent pas leur cargaison criminelle. Une maison-flottante me trotte dans les jambes.

-Comment ça va au fond, est-ce mieux qu’en surface ? Dis-moi, je veux savoir,  j’en ai besoin pour sortir le sextant le point d’amer me semble nécessaire

N-L – 02/09/18

P1010574

*

MARINE 1

Grotesques faciès

Gargouilles et rincements de bouche

Au tapis granulé du lapidaire le temps s’oublie

Les tonneaux d’antiques traversées flottent sur l’épopée

Que les sirènes de police assurent multirisques

Ils sont partis à la morue pêcher le St-Pierre

Espadon

Qui couleuvre sur le tertre du rétable à l’ossuaire

Non petit c’est mon frère qui va à son terme prendre les eaux

En chemin des rhumatismes

Des épaves articulent aux échouages

Les poux lient aux étrilles

Astor étire Valparaiso dans la faille du Pacifique

Aux boutons des nacres du bandonéon

Entre les cuisses d’Inès dans la Baie des Cochons

Le petit Manuel s’émancipe au passage du Tropic

A la jetée des conquistadors andes à loups

Pas loin d’un bordel de Macao

Une chemise sans pan jaunit

Ondine à quelle heure

Demande un poisson lune toujours ailleurs

Les rochers roses

Se mettent en travers du gris

Quelques pompons rouges se sont décoiffés au Cap de Bonne-Espérance

Dédicace à mon marin qui nage en Iroise

Niala-Loisobleu

14 Juin 2011

 

7 réflexions sur “MARINE IN

    • Rien ne servirait de dire, devant l’impossible et la ténacité de cette malédiction qui me talonne, je sens que partir est l’unique solution, la seule, seulement comme partir nécessite d’aller quelque part, le choix proposé est unique, il n’y a qu’entrer en taire définitif. Le beau n’est pas du tout dans cette destination j’en suis le premier consterné, ma Barbara. Mais le beau et le monde…

      Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.