LE VIDE SUR LEQUEL ON MARCHE


10988341_524926_64339857

LE VIDE SUR LEQUEL ON MARCHE

 

Les pieds en partie pris dans l’envers du bon sens, mon regard brumeux se demande comment se tirer d’affaire. Les brouillards d’automne sont il me semble, de ce premier septembre, un refus sans colère, calme et tranquille, dit non. J’ai la présence de Franck Venaille dans la vision. Sa disparition atteint chaque partie de mon être, j’étouffe de ce que nous n’avons su faire entendre aux êtres qui nous entourent.

«Pas assez crié dans ma vie. Pas assez hurlé ! Que cela se déchire, là-dedans, en pleine poumonerie. Ce qu’il faut c’est bien regarder à l’intérieur de soi. Le cri vient vite dès que les images se font plus nettes. Las ! Pas assez. Pas assez crié à la mort. Hurlé oui. Mais pas assez. Je vous en conjure : criez pendant qu’il est temps encore.» Franck Venaille

Niala-Loisobleu – 1er Septembre 2018

6 réflexions sur “LE VIDE SUR LEQUEL ON MARCHE

  1. Il y eut l’avis que je diffusais il y a quelques mois, pour prévenir que je ne dirai plus merci aux likes (pouah que ce mot me déplaît)
    Aujourd’hui je fais une exception pour donner à Franck Venaille un accompagnement du au bout de son chemin et jusqu’alors ignoré de ses contemporains…
    Merci Anne.

    J'aime

  2. Il y eut l’avis que je diffusais il y a quelques mois, pour prévenir que je ne dirai plus merci aux likes (pouah que ce mot me déplaît)
    Aujourd’hui je fais une exception pour donner à Franck Venaille un accompagnement du au bout de son chemin et jusqu’alors ignoré de ses contemporains…
    Merci Paola.

    J'aime

  3. Il y eut l’avis que je diffusais il y a quelques mois, pour prévenir que je ne dirai plus merci aux likes (pouah que ce mot me déplaît)
    Aujourd’hui je fais une exception pour donner à Franck Venaille un accompagnement du au bout de son chemin et jusqu’alors ignoré de ses contemporains…
    Merci Michema.

    J'aime

  4. Il y eut l’avis que je diffusais il y a quelques mois, pour prévenir que je ne dirai plus merci aux likes (pouah que ce mot me déplaît)
    Aujourd’hui je fais une exception pour donner à Franck Venaille un accompagnement du au bout de son chemin et jusqu’alors ignoré de ses contemporains…
    Merci lesfaitsplumes.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.