LE GRAND MIDI (FRAGMENT


Aimé Césaire

 

LE GRAND MIDI (FRAGMENT)

 

Halte, halte d’auberge!
Plus outre!
Plus bas!
Halte d’auberge !
L’impatient devenir, fléchant de réveils et de fumées,

orteils sanglants se dressant en coursiers,

insurrection se lève !

Reine du vent fondu

– au cœur des fortes paix -gravier, brouhaha d’hier

reine du vent fondu mais tenace mémoire

c’est une épaule qui se gonfle

c’est une main qui se desserre

c’est une enfant qui tapote les joues de son sommeil

c’est une eau qui lèche ses babines d’eau

vers des fruits de noyés succulents,

gravier, brouhaha d’hier, reine du vent fondu…

Essaim dur.
Guerriers ivres ô mandibules caïnites éblouissements rampants, paradisiaques thaumalées jets, croisements, brûlements et dépouillements

ô poulpe

crachats des rayonnements

pollen secrètement bavant les quatre coins cardinaux

moi, moi seul, flottille nolisée

m’agrippant à moi-même

dans l’effarade de l’effrayante gueulée vermiculaire.

Seul et nu !

Les messages d’atomes frappent à même et d’incroyables baisers gargouillant leurs errances qui se délitent et des vagissements et des agonisements comme des lys perfides
éclatant dans la rosace et l’ensablement et la farouche occultation des solitudes.

Je bourlingue

à travers le lait tendre des lumières et les lichens

et les mitoses et l’épaisse myéline

et l’éozoon

et les brouillards et les mites de la chaleur hurlante.

O immense frai du jour aux yeux verts broutant des fleurs de cervelles éclatantes

l’oeil nu non sacré de la nuit récite en son opacité même le genêt de mes profondeurs et de ma haine !

Mon beau pays aux hautes rives de sésame où fume de noirceurs adolescentes la flèche de mon sang de bons sentiments !

Je bourlingue

gorge tendue à travers les mystérieux rouissements, le atolls enroulés,

les têtards à face de molosse, les levures réticentes et les délires de tonnerre bas

et la tempête sacrée des chromosomes,

gorge tendue, tête levée et l’épouvante première et les délires secrets

incendiant dans mon crâne des frénésies d’or, gorge tendue, tête levée,

à travers les patiences, les attentes, les montées, les gira-tions,

les métamorphoses, les coalescences, l’écaillement icté-rique des futurs paysages,M

gorge lourde, tête levée, tel un nageur têtu,

à travers les pluvieuses mitraillades de l’ombre

à travers le trémail virevoltant du ciel

à travers le ressac et l’embrun pépiant neuf

à travers le pertuis désemparé des peurs

tête levée

sous les pavois

dans le frisselis des naissances et des aubes !…

Le sang du monde une lèvre salée

vertement à mon oreille aiguë

sanglote

gréée de foudres

ses fenaisons marines.

O embrassements sans portulan.
Qu’importe? jaillissant palmier fontaine irrésistible, ombelle, ma hourde lourde écrase la

vase avance et

monte !

Ah ! cime ! demain flexible,

virgule d’eau, ma hourde lourde, sans chamulque, à contre-flot écrase la cime fine qui s’amenuise.

Ecume !

Je ne cherche plus : j’ai trouvé !

L’amour s’accroche aux branches

l’amour perce les narines du soleil; l’amour, d’une dent

bleue happe la blanche mer.

Je suis la colonne du matin terrassé
Je suis la flamme juste de l’écorce brûlée ; dans le bocage de mes cinq doigts toute la forêt debout rougit, oui,

rougit au-dessus des abîmes les cent mille pointes des danses impavides.

Large, ah ! plus large ! disperser au carrefour de mes reins les cavaleries frappées d’amour!

broutantes fongosités

l’abîme a soufflé la bulle vivante des collines

broutantes fongosités

élan assassiné

ne partirez-vous point ?

Suivrais-je déjà les lourds chemins bis des pluies et des

coxalgies ?
Mon amour sans pourquoi fait une roue de serpent tiède mon amour sans pourquoi fait un tour de soleil blanc mon amour aux entrailles de temps dans une désolation

brusque de sauge et de glaucome gratte sabot inquiet le bombax

de la savane sourde.

M’avancerais-je caressé déjà de soleil pâle vers les ciels

où mes crimes et le long effilochement d’herbes de mes enfers colonisés

luiront comme des oreilles trépassées dans la caverne des
Requiems ?

O oiseau du soleil aux durs becs renaissants

fraternel minuit, seul estuaire où bouillir ma darne indifférence

j’entends le souffle des aralies,

la creuse lumière des plages,

le tisonnement des soleils marins,

et les silences

et les soirs chevelus aux ricanements noueux et sur la clapotante batterie des grenouilles l’acre persévérance nocturne !

Qui fêle ma joie ?
Qui soupire vers le jour?
Qui conspire sur la tour ?

Mon sang miaule

des cloches tintent dans mes genoux.

O l’aptère marche de l’homme dans le sable hérissée.

Demain?
Mais déjà cet aujourd’hui me fuit, s’effondre,

muette divinité que gorge une lasse noyade à travers la bonace !


Lâche, lâche soupir ! et ceinturant la nucelle

de son gargouillement, la mort, l’autre mort, lambruche

aigre et vivace! misère

Ah !
Je défaille, ce son !
Il entre par mes talons, racle mes

os, étoile rose et gris parmi le bouillonnement de mon crâne.
Arrête! j’avoue, j’avoue tout.
Je ne suis pas un
Dieu.

Cicindelle !
Cicindelle !
Cicindelle !

Lumière.
Ah ! pourquoi ce refus ?
Quel ruissellement de sang !
Sur ma face.

En épaisse glu le long de mes épaules !

Ma décrépitude à genoux sanglote éperdument.

Ding!

D’incroyables sorties se précipitent !
Sur des biseaux de voie lactée

j’accroche la fleur foudroyée en oiseau,

j’incendie aux mille et une cloches inefficaces

le puissant tocsin de mes neuves salives.

Tiédeur.

Souffle vireux.
Morsures, caïeu sanglant à travers les

névroses…
Quelque part dans le monde un tam-tam bat ma défaite,
Des tiges de lumière brute sous les machetes et dans le dérèglement tombent.

Arums d’amour

me bercerez-vous plus docile que l’agami

mes lèpres et mes ennuis ?

Tam-tams de sang

papayers de l’ombre

Mumbo-jumbo dur tipoyeur

Kolikombo dur tipoyeur

Kolikombo goutte de nuit au cœur jaune de pensée

Kolikombo aux larges yeux de cassave claire

Kolikombo milan de feu tassé dans l’oreille des années

Kolikombo

Kolikombo

Kolikombo

dans les tourbillonnants beuglements des cécropies…

Un panache de monde

tranquillement s’installe et parfile la pariade métallique dans ce boulottement d’incendie.
Pluie ! (je ne comprends pas car je n’ai point convoqué d’onde) pluie

(je ne comprends pas car je n’ai point expédié mes messages pariétaux) pluie, pluie, pluie éclatant parmi moi ses épaules électriques.


Enos ! toute ma vie trouverai-je aux statiques carrefours foisonnant aux mains pâles des tremblements et des silences ta monarchie nocturne et ta paix violacée ?
Arrière ! je suis debout ; mon pied hihane vers*tie moins plats pays !

Je marcherai plein d’une dernière et plantureuse ivresse,

mon or et mes sanglots dans mon poing couchés contre mon

coeur !

Ah ! jeter l’ancre de nos ongles nets dans la pouture du jour!

Attendre ?
Pourquoi attendre ?

le palmier à travers ses doigts s’évade comme un remords et voici le martèlement et voici le piétinement et voici le souffle vertigineux de la négation sur ma face de
steppe et de charrascal

Je pars.
Je n’arriverai point.
C’est égal, mais je pars sur la route des arrivées avec mon rire prognathe.

Je pars.
Le trisme du désespoir ne déforme point ma bouche.

Tant pis pour les corbeaux : très loin jouent les pibrochs.

Je pars, je pars.
Mer sans ailleurs, ô recreux sans départ je vous dis que je pars : dans la clarté aréneuse, vers mon

hostie vivace, se cabrent des centaures.

Je pars.
Le vent d’un museau dur fouine dans ma patience
O terre de cimaise dénuée terre grasse gorgée d’eau lourde votre jour est un chien qui jappe après une ombre.

Adieu !

Quand la terre acagnardée scalpera le soleil dans la mer violette vous trouverez mon œil fumant comme un tison.

Fournaise, rude tendresse

salut!

Les étoiles pourrissent dans les marais du ciel

mais j’avance plus sûr et plus secret et plus terrible que

l’étoile pourrissante.

O vol courbe de mes pas ! posez-vous dans la forêt ardente.

Et déjà les bossettes de mon front et la rose de mon pouls catapultent le
Grand
Midi.

 

Aimé Césaire

 

Quelqu’un habite en nous


Oh me... 2 by EvilynGuedes

Quelqu’un habite en nous

J’ai souffrance beaucoup,
de cœur surtout

J’ai, très fort en moi, angoisse d’être vivant : j’ai !
Chaque naissance m’est blessure et la mienne gît
Quelque part dans une ville qui m’apparaît plus morte
Encore que ce rat dans l’égout – lui, au moins, n’atten-
Dant rien, n’espérant rien – (mais en est-on sûr ?) de
La vie. J’en ai grand angoisse ! J’ai angoisse de cela.
Il reste l’écriture, avec ses soldats, ses hommes par Mil-
Liers : nos libérateurs. Ressentent-ils eux-mêmes cet-
Te sensation ? Être des mots, blessés, qu’angoisse ronge !

Quelqu’un habite en nous

quelqu’un se tient de nuit
lourdement obscur
debout
contre un portail
en fait on ne distingue que ses chaussures noires, leurs lacets élégants
quelqu’un
ça ! il ne laisse rien voir de lui, il
observe les passants, les habitués de la brasserie, il
se tient comme un cavalier de l’Apocalypse dont le cheval se serait noyé Il et Il
ô monde malade, mon devoir est de rendre compte de l’état de tes nerfs
de ta pensée et de certains de tes actes
cet autre moi-même, debout, adossé à la porte, s’y emploie
mais qui est-il vraiment ? double – jumeau − faussaire en identité scabreuse −
on ne voit que ses chaussures, leurs larges lacets élégants, cela suffit
cela suffit pour l’instant
quelqu’un habite en nous : amoureux de la vie, stratège de la mort
qui chaque nuit
dirige la Baraque des rêves ouverte toute l’année
ô monde si peu scrupuleux, si versatile, si mal ouvert aux autres
accepte aussi mon étrange présence
pour en finir jamais

Franck Venaille, Ça, Mercure de France, 2009, pp. 41 et 46

LE VIDE SUR LEQUEL ON MARCHE


10988341_524926_64339857

LE VIDE SUR LEQUEL ON MARCHE

 

Les pieds en partie pris dans l’envers du bon sens, mon regard brumeux se demande comment se tirer d’affaire. Les brouillards d’automne sont il me semble, de ce premier septembre, un refus sans colère, calme et tranquille, dit non. J’ai la présence de Franck Venaille dans la vision. Sa disparition atteint chaque partie de mon être, j’étouffe de ce que nous n’avons su faire entendre aux êtres qui nous entourent.

«Pas assez crié dans ma vie. Pas assez hurlé ! Que cela se déchire, là-dedans, en pleine poumonerie. Ce qu’il faut c’est bien regarder à l’intérieur de soi. Le cri vient vite dès que les images se font plus nettes. Las ! Pas assez. Pas assez crié à la mort. Hurlé oui. Mais pas assez. Je vous en conjure : criez pendant qu’il est temps encore.» Franck Venaille

Niala-Loisobleu – 1er Septembre 2018