QUAND L’OEIL BRÛLE


148131

QUAND L’OEIL BRÛLE

 

Il s’aperçut qu’elle se tenait dans cette robe de soleil que le temps froid n’avait  pas imprimée par crainte d’avoir les doigts gourds. La vie ne laisse pas toujours à l’impression un droit de choisir, elle s’impose par tant de raccourcis que ça vient comme ça peut en un éclair obscur.

Maintenant l’image se refaisant claire il était possible d’avoir les trois dimensions.

Quand j’étais enfant un bout de ficelle m’a appris qu’il possédait le pouvoir d’imaginer tout ce que je voulais. Je sais qu’à mon âge il est encore dans ma poche avec le caillou.

Le caillou c’est l’outil-multiple, ça clef comme ça coupe, rive, martèle, grave, peint, fait voler, navigue, mène.

Quand tu cabanes avec eux, le cheval se joint sur ses deux-roues comme une balançoire à deux places. Rien qu’en peau tout autour.

La texture du tapis où sont marquées les tâches faites et à faire, tape des deux poings à ma poitrine quand je la trouve assise prête à partir. Tissage, les navettes du métier d’aimer ont des fois des pentes raides à monter, le cheval se fait alors plus utile que jamais. La force qu’il est seul a posséder en ses reins arc-que-boute le quart de cercle de l’arc-en-ciel qui se mettrait à glisser.

De nouveau, il se sentit troublé. Il se remémora les pensées qu’il avait eues en voyant la grâce de ses seins.

Niala-Loisobleu – 30 Septembre 2018

INDELEBILE MARELLE


1203- enfants jouant ˆ la marelle dans la rue - Paris 1960
©Photo BLONCOURT

INDELEBILE MARELLE

Trépidantes ondulations

Un plat manifeste

Des fumets sont aux barreaux de l’échelle

Coq au vain

Le saucier d’Hermès a pas de grumeaux dans les nouvelles

J’aime l’an vert

Ce dos qui boude le décor

Effronté

Comme un parvis qui demande l’entrée

A la porte basse de l’humilité

Un mauvais élève fait l’Anne aux tours

Il ne veut plus qu’on lui parle de la petite graine

Des choux des roses des papas dans la maman

L’odeur de ton pied Amour colle à mon godillot

T’es en corps en lacet aux semelles du vent

Du talon au petit orteil tu me marques la voix mieux qu’un bide ben d’homme

J’entends de loin résonner

ton coeur de Terre au Ciel

A l’indélébile craie de marelle de ton nom

Niala-Loisobleu – 30/09/18

PROJECTION


Henri Michaux

PROJECTION

Cela se passait sur la jetée d’Honfleur, le ciel était pur.

On voyait très clairement le phare du
Havre.
Je restai là en tout bien dix heures.
A midi, j’allai déjeuner, mais je revins aussitôt après.

Quelques barques s’en furent aux moules à la marée basse, je reconnus un patron pêcheur avec qui j’étais déjà sorti et je fis encore quelques autres
remarques.
Mais en somme, relativement au temps que j’y passai, j’en fis excessivement peu.

Et tout d’un coup vers huit heures, je m’aperçus que tout ce spectacle que j’avais contemplé pendant cette journée, ça avait été seulement une émanation de
mon esprit.
Et j’en fus fort satisfait, car justement je m’étais reproché un peu avant de passer mes journées à ne rien faire.

Je fus donc content et puisque c’était seulement un spectacle venu de moi, cet horizon qui m’obsédait, je m’apprêtai à le rentrer.
Mais il faisait fort chaud et sans doute j’étais fort affaibli, car je n’arrivai à rien.
L’horizon ne diminuait pas et, loin de s’obscurcir, il avait une apparence peut-être plus lumineuse qu’auparavant.

Je marchais, je marchais.

Et quand les gens me saluaient, je les regardais avec égarement tout en me disant :
Il faudrait pourtant le rentrer cet horizon, ça va encore empoisonner ma vie, cette histoire-là », et ainsi arrivai-je pour dîner à l’hôtel d’Angleterre et là
il fut bien évident que j’étais réellement à
Honfleur, mais cela n’arrangeait rien.

Peu importait le passé.
Le soir était venu, et pourtant l’horizon était toujours là identique à ce qu’il s’était montré aujourd’hui pendant des heures.

Au milieu de la nuit, il a disparu tout d’un coup, faisant si subitement place au néant que je le regrettai presque.

Henri Michaux

Éclats de vers


Grand élan que la course enclenche. Avant que n’éclate la poitrine. Le baptême du bateau-lavoir pose ses dragées, jette son linge sale dans la panière, la juche sur la brouette et un dernier regard lancé au juge s’en remet à la batte. L’eau se renouvelle en courant depuis la source. Malgré les mises en garde et les avertissements comment échapper au dépôt sauvage de détritus divers ? Chaque déchet est un objet contendant qui traumatise la couche d’ô zone. Un goût de fiel meurtrier croit-il pouvoir initier une nouvelle affaire des poisons genre Raspoutine à la mode de chez Nous ?

N-L – 29/09/18

MISE A L’Ô


249327

MISE A L’Ô

« Si tu veux construire un bateau,

ne rassemble pas tes hommes et femmes pour leur donner des ordres,

pour expliquer chaque détail, pour leur dire où trouver chaque chose…

Si tu veux construire un bateau,

fais naître dans le cœur de tes hommes et femmes

le désir de la mer. »

.Antoine de Saint-Exupéry

 

La première ligne est à l’écume sans que rien ne barre face à elle. De l’hostile juste une trace d’enclume laissée en post-scriptum sur une ligne de nuit du livre de bord

 Le tranchant de l’étrave s’est écarté des filets de pêche. Sur l’horizon les écluses se remplissent  du retour du désir. La vigie à l’écoute ne quitte pas l’ancre des yeux prête à venir au premier signe d’éveil

Marée forte

Odeur de flux

Les odeurs du pore ont les ailes déployées sur les marques du lit laissées en sillage. L’horloge rancunière bat la tempe d’un reste de doute laissé en aval pour garantir l’acceptation cochée en petites lignes. Amarre submergée que le scaphandrier lui-même ne trouve au noir des profondeurs de l’abysse. La murène embusquée dans son repaire est un potentiel danger soutenu par la clarté publicitaire d’une fausse annonce de fond clair.

Grains de vent risant la surface  au-dessus des carcasses des péris en mer. Hissant l’alizée j’arbore pavillon bleu pour bien identifier mon désir d’aimer sans affûts chargés cachés derrière les écoutilles….

Niala-Loisobleu – 29/09/18

Notre Jardin ne débleuit pas


18458498_p

Notre Jardin ne débleuit pas

Quand la marée va son chemin, j’aime voir ta lune briller dans tous ses quartiers. Il arrive qu’un Saturne toujours en quête de mal, s’y glisse, surtout quand elle se fait pleine. Manger la mer, me fait lever l’encre, pour écrire des mots d’amour simples. L’eau qui sommeille réveille nos levés. Sur un coin de palette, ta place bronze au tapis, les poings fermés sur le tempo du pouls.

C’est en Nous qu’il fait clair, assieds-toi, laisse couler le poids des fatigues.

Des morceaux de bois flottés sont amarrés aux pontons. Il me semble, en les regardant tanguer, voir émerger un plateau de langues portuaires; Des goualantes sortent des trous vermoulus, comme un bruit qui se déverse au fond du verre. Morceaux de monde réunis à quai. Une manche à air dépontée, étouffe sur un tas de tuiles. Jaune d’or, rouge carmin, vert bouteille, bleu cyan, une autre vie nait ici. Alentour, les murs des cabanes s’associent aux débauches végétales des trémières qui grimpent au ciel sans tuteurs, dans les senteurs de vase, de goudron, teintées d’iode. Notre Jardin ne débleuit pas et  le chevalet monte à marée…

Niala-Loisobleu – 28/09/18

Sur ta hune, nous voici d’eux pas indignes


5319707c795dab026848a03e42d713a5

Sur ta hune, nous voici d’eux pas indignes

« Et toi qui sais, Songe incréé, et moi, créé, qui ne sais pas, que faisons-nous d’autre, sur ces bords, que disposer ensemble nos pièges pour la nuit ?

« Et Celles qui baignent dans la nuit, au bout des îles à rotondes,

« Leurs grandes urnes ceintes d’un bras nu, que font-elles d’autre, ô pieuses, que nous-mêmes ?… Ils m’ont appelé L’Obscur et j’habitais l’éclat. »

[Du Maître d’Astres et de Navigation]

St-John-Perse – Extrait d’Amers

A bout de doigts, planté entre vert d’herbe et blanc d’écume, ourlé d’un blond sable , assemblé de planches tenues par des goudrons de carénage, tu fends l’azur de l’émail de ton sourire comme tu écopes le vide par une présence d’yeux-pelles. La marche-avant (redoutée des crabes) est gravée dans la parole graniteuse. La partie nerveuse apparaît sur la carte de nos allées et venues, toujours tracée d’un trait sécant. Là où le cercle médian propulse un rayon une aube tourne. Il ne suffit plus pour Nous de promettre. L’acte s’est immédiatement présenté comme seule preuve d’existence. Vivre une île c’est voir la masse porteuse de tous côtés. Plutôt que d’arborer des slogans en larges banderoles tapageuses ton féminisme garde son teint naturel par le maintien de sa culture. Une diversité de bon aloi faisant échec à l’unisexe à grande gueule. Le genre garde la qualité du germe. Les tomates cultivées en étages peuvent restées rouges c’est tout ce qui leur reste, la honte d’être sans goût porte à la confusion.

Sur ta hune, nous voici d’eux pas indignes…

Niala-Loisobleu – 27/09/18

Tout repose sur l’assise de l’ascèse


0821b8bd669246a183955ed5ff9da61e

Tout repose sur l’assise de l’ascèse

 

Entrant par la porte échappée je sentis cette corde qui se tisse d’elle-même au gré du quotidien, se dénouer de son talon d’Achille. Corderie Royale du Palais de l’Elysée combien de vaisseaux t’amuses-tu à jouer dans tes batailles pour un pouvoir toujours insatisfait ? Le temporel excite l’ivresse de certains qui finissent par vouloir tenir le rôle de dieu dans la pièce mélodramatique de la Vie.

Fête en sorte que je jongle avec tes rotondités naturelles ô ma Muse, La quadrature des derrières quelle médiocrité du langage, Tout repose sur l’assise de l’ascèse. Poésie tu possèdes l’absolu, la force qui refuse les moyens d’anéantir au moyen de toutes les manières de tuer individuellement ou collectivement.

Niala-Loisobleu – 27/09/18

 

 

LA VIE DOUBLE


LA VIE DOUBLE

Henri Michaux

J’ai laissé grandir en moi mon ennemi.

Dans les matériaux que je trouvai dans mon esprit, dans mes voyages, mes études et ma vie, j’en vis quantité qui m’étaient inutilisables.
Après des années et des années, je vis que quoique je fisse ou approfondisse, il en resterait quantité d’inutilisables.
Inutilisables, mais là.

J’en fus contrarié, mais pas autrement ému, ignorant qu’il y avait des mesures à prendre.
Je laissais en arrière les matériaux non utilisés, innocemment, comme je les trouvais.

Moi, comme font tous les êtres au monde, j’utilisais le reste, pour le mieux.

Or petit à petit, s’édifiant sur ces décombres forcément toujours un peu de la même famille (car j’écartais toujours les choses d’un même type), petit à
petit se forma et grossit en moi un être gênant.

Au début, ce n’était peut-être qu’un être quelconque comme la nature en met tellement au monde.
Mais ensuite, s’élevant sur l’accumulation grandissante de matériaux hostiles à mon architecture, il en arriva à être presque en tout mon ennemi; et armé par moi
et de plus en plus.
Je nourrissais en moi un ennemi toujours plus fort, et plus j’éliminais de moi ce qui m’était contraire, plus je lui donnais force et appui et nourriture pour le lendemain.

Ainsi grandit en moi par mon incurie mon ennemi plus fort que moi.
Mais que faire?
Il sait à présent, me suivant partout, où trouver ce qui l’enrichira tandis que ma peur de m’appauvrir à son profit me fait m’adjoindre des éléments douteux ou
mauvais qui ne me font aucun bien et me laissent en suspens aux limites de mon univers, plus exposé encore aux traîtres coups de mon ennemi qui me connaît comme jamais adversaire
ne connut le sien.
Voici où en sont les choses, les tristes choses d’à présent, récolte toujours bifide d’une vie double pour ne pas m’en être aperçu à temps.

Henri Michaux

 

 

DIALOGUE ININTERROMPU 2


 

DIALOGUE ININTERROMPU 2

 

B-A: Longtemps, je me suis demandé comment affermir la patte molle du jour quand on prend la pâquerette au sérieux. J’ai rêvé d’un monde revenu de la raison qui m’offrirait des chemins de traverse à fouler comme un arbre voyageur…

N-L: La première chose que le monde a faite alors qu’il n’avait pas pris conscience de sa naissance fut de s’attacher à inventer tout ce qui pourrait avoir le pouvoir de détruire. Il venait de créer sa contradiction naturelle. Le rêve venait de naître du cauchemar. La branche coupée se métamorphoserait en racine et l’arbre en moyen de transport. D’une certaine raison de mourir, une folie de vivre fit face au sinistre.

B-A:  La fleur fragile et décidée qui arrache des étincelles à l’aube pouvait alors éclore de l’immondice. Plus tard naîtrait un bouquet solennel et grave comme une douleur qui se fraie un chemin entre les viscères.

N-L: Ce qui demeure silex amadoue l’éternité ombilicale.

B-A: l’impure et douce éternité est un cri devenu bouche.

N-L: Dis-moi le baiser à la vie de cette bouche quand elle se détache de la tentacule boulimique du boyau…

B-A: Il connaît le précaire équilibre entre la confiance et l’effroi. Il est comme une eau vive qui sanglote quand elle s’est trompée d’endroit. il est cœur engagé sur une felouque incertaine, destinations méditerranéennes déroutées par le Noroît. Il cherche où se poser et à apprendre à lire avant de se poser. Il lutte jusqu’aux dernières foulées conscient qu’il n’embrasse pas l’éternité mais le champ des possibles. Ça le rend rond d’un rouge étonnement.

N-L: Rouge qu’il arbore comme une hygiène aux joues de son enseigne….

B-A: Oui, mais sans prendre de pose. Le baiser à la vie a l’intimité d’un Brâncusi  et des doigts de beurre frais à l’enseigne de la bonne prairie.

N-L: « J’ai voulu que la Maïastra relève la tête sans exprimer par ce mouvement la fierté, l’orgueil ou le défi. Ce fut le problème le plus difficile et ce n’est qu’après un long effort que je parvins à rendre ce mouvement intégré à l’essor du vol ». C. Brâncusi.

L’oiseau sublimant l’acte dont il s’agit.

 

Barbara Auzou / Niala-Loisobleu.