LA LECON DE CHOSES


P1010459

LA LECON DE CHOSES

L’eau cachée dans une évaporation caniculaire

se fit soudain sortir d’un nuage

comme le cri du corps d’une nature délaissée par l’abstinence sèche

De mémoire de brin d’herbe le vert c’était avant entendis-je venir du choeur des sourds

-Que non fis-je en peintre pas qu’un peu fou. Suffit de caresser comme si on remontait à vélo, ça s’oublie jamais !

Les vannes répondirent présent dans la foulée d’une et plus galipettes vu l’affinité

ô fraîcheur tu sais ma Muse en t’allant puiser

un ton tendre se fit voir au dur des couleurs rabattues

je crois comme y disent pas

que je suis pas Chagall, mais que je t’aime mieux qu’un rêve

quelque soit le versant de la fenêtre

l’aile du poisson-volant se dressant à la crête du clocher

ou l’absence de choses te couvrant à tout cacher

l’éclat de rire qui sort de ma main gauche de savoir que t’écris me rend heureux

dans ce qui nous manque sûr que l’amour n’est pas à consigner…

Niala-Loisobleu – 13 Août 2018

6 réflexions sur “LA LECON DE CHOSES

Les commentaires sont fermés.