HÔTE LISSE


FOT359B

HÔTE LISSE

Je tapisse, le métier fait des hans. Par le chas de l’aiguille du peint le fil est sorti se mettre au frais dans le bleu cobalt d’un chemin lancé. L’onctuosité  va serpentant lascivement par la bouche du tube pressé. Les doigts comblent le trou de taire du pas causeux.

Les bornes additionnent et soustraient en même temps, pareil une histoire des sens, genre problème de robinet faisant partir deux trains à la même heure en sens contraire…fais pas chier tu vas me dire de te donner l’heure à laquelle y vont se croiser, mais couillon, c’était valable sous Jules Ferry ton problème. Avec la vapeur la SNCF a pas perdu la bataille du rail, c’est juste depuis qu’on a entré dans le marché commun qu’on déraille.

Où es-tu ? T’as franchi la Loire pas comme les arabes qui avaient été arrêtés à Poitiers…mais ça c’était avant qu’on sache plus comment s’y retrouver dans les paix de religions. Ma préférence de watt c’est la laïcité, en principe ça accepte toutes les couleurs de peaux.

Degré ou de force faudra qu’on lui ait la peau à c’te canicule, vivre renfermés dans la même pièce ça finit par sentir quelque soit l’heure.

Je tire mon lance-pierre avec ta fourche

c’est fou comme ça fait rire tes seins

y gigotent comme deux chiots que la lourdeur n’indispose

Je reste tremblant de créativité quand après avoir frotté les pierres un sésame ouvre la grotte à peindre une suite à l’histoire d’un commencement…

Niala-Loisobleu – 06/07/18

2 réflexions sur “HÔTE LISSE

Les commentaires sont fermés.