L’INVERSE


Cette pierre dans ma fenêtre troue à travers. Rien ne semble et pourtant la voie mue comme un glissement qui abandonne sa peau d’hier.

Ces crissements de frein accélèrent.

J’ai mouillé mon doigt pour trouver dans quel sens le fil à plomb métronome.

N-L – 24/07/18

ENTRE TIEN EMOI 3


a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c8

ENTRE TIEN EMOI 3

 

Pas pu plonger dans la piscine, le lit à faire, les choses à ranger et j’ai failli me couper dans la serrure, les maux-clés sont étrangement définissables. Avant que le jour se dresse, les nuits se rallongent c’est devenu net, j’ai croisé une personne dans la chambre, somnambule à coup sûr on s’a pas dit bonjour, faut dire que je promenais un rêve qui n’était pas fini et que je poursuivais. Vu l’heure ça pouvait pas être les cigales, on se s’rait cru à la mi-août , chat remuait comme des cris félins. Je Beethoven ce matin, pas martial ni pro euro, mais je fais ma neuvième quand m’aime, un hymne à l’amour aussi, le mien, plus modeste et tout aussi sourd, de ce côté là le temps présent aurait plutôt tendance à s’aggraver.

Niala-Loisobleu – 24 Juillet 2018

 

AUTAN OCCITAN 1


AUTAN OCCITAN 1

La raison du chemin

Est une main de terre

Tendue sans réserve

Sur le théâtre pourpre

D’une maison en territoire choisi.

Elle abrite ce qu’on ne retient pas

Aux draps du quotidien blême

Et la narration de l’autre

Epouse la venteuse géographie

De silencieux et lointains jardins

Où poussent des images de chair

A s’endormir dans le repli de son bras.

Le genou se balance à l’anse de la pierre et de la peine

Et convoque obstinément la mer

Comme une clarté salutaire

Que l’on remue en se parlant tout bas.

Barbara Auzou

P1050680

Autan Occitan 1 – 2018 – Niala – Acrylique s/toile 46×38