CONTE D’UN POÈTE BARBU


CIMG0092

CONTE D’UN POÈTE BARBU

1

Barbu j’ai des atomes crochus avec les pluies et les étoiles, les souffrances et les fêtes de tous mes foyers d’origine.

Dans une histoire masquée ma barbe risquait d’être un palmier aveugle à vie au lieu d’un conte de fées.

Pour la barbe des poètes

il n’y a pas de commandant en chef

ni d’ayatollah cubain inspiré

ni de gestionnaire du sacré.

Mes poils gris sont des racines qui voyagent partout avec moi : je les porte, les pieds dans la boue, la tête dans la conscience émerveillée.

2

Sans la barbe je serais la proie d’un rude travail de deuil et de nostalgie ; ma barbe me tient à l’abri du panier de vipères et de crabes des exilés.

Venue de la mer caraïbe ma barbe a les pieds sur la terre et pour plaire au clair de lune il lui arrive aussi de voler.

Proche des sept femmes de l’arc-en-ciel la nuit ma barbe est phosphorescente ; pour célébrer le lotus de la femme aimée ma barbe est un imaginaire qui bande bien.

 

René Depestre

ENTRE TIEN EMOI 1


a5ac5ac76d480f42d4dd0e744a5bf8c8

ENTRE TIEN EMOI 1

Ce ne fut pas un montage à vendre, juste ce léger mouvement qui ne se voit que parce qu’il reste sous l’écorce. Qu’il grince rien ne presse dit le tapis s’adressant au volet bleu. Les matins nous n’avons pas envie de les mettre à la boîte, le jour trouvé à ton oreille ne lobe rien en touche, il tâte comme on veut se sentir pénétré. Il n’y a plus dans les tubes la pureté du pigment, ce qui reste du végétal recule sous l’écrasement minéral porté par la chimie des temps modernes. On pourchasse l’odeur naturelle en lui faisant honte. Les bras montent les tatouages au cou comme il y a des années on a voulu briser le secret de la beauté des murs. En les faisant parler comme des provocateurs on montre que salir et casser préoccupe davantage que construire. Le monde des hommes a toujours été horrible. A chaque époque on a toujours privilégié le mal, cette nouvelle génération extrémiste s’inscrit comme une secte nuisible. La laideur est la cinquième colonne de tous les pouvoirs, son action fourbe et hypocrite entretient l’instruction du non-savoir. Une maison animée que du regroupement des étages, amène les messes dans la rue à réclamer des églises. Dogme, tu voiles à toutes vapeurs. Le fleuve affluente comme une bonne mer. Si on lui ligature les trompes c’est pour le bluff, on dirait les paroles de haine de la chanson d’amour au top du hit-parade des tireurs de ficelles. Je reste collé à tes aisselles, les chiens qui y sont suspendus n’ont pas de laisse. Même en noir quand tu les soulages ils rient aux éclats. Puis tu sais les expositions c’est une putain d’épreuve, je me rappelle il y a de ça très longtemps quand aux Voûtes du Port j’exposais à Royan, le nombre de têtes de crevettes qui jonchait le sol, permettait de compter les visiteurs.Ce que je resang de Toi ne regarde qu’émoi.

Niala-Loisobleu – 20 Juillet 2018

MAISON DE PIERRES


630b32fd-b457-4e6a-bca8-159d03c9c018.c10

MAISON DE PIERRES

Roulant à la remontée

la montagne

soulève haut

sa jupe de campagne

Debout sur les jambages de sa longue cheminée, son intérieur crépite de bonheur; on peut accrocher le bouquet du charpentier

son poil air hisse, la barque de la voie romaine ressortie livre amphore d’huiles essentielles et vins volcaniques au grain de peau…

 

N-L  20/07/18

SANS TANNER


p1050593

SANS TANNER

 

Le cuir brut de ton velu entre à l’empreinte de ma dextre

a m’aime la peau

Autan Occitan

souffle

Nous sommes sous le porche du grand chêne, loin derrière le noyer du rivage

un projet de mariage de mots-d’écriture et de mots-peints se déplie de la grande armoire

près du bougeoir de nos rires en cascade

Ta robe est restée accrochée à la liste des commissions, je pense sans-culotte à cette révolution…

 

Niala-Loisobleu – 20 Juillet 2018