Par la taille


Je lavais au bout de la moustache comme le boulonnais goûtait à sa soif par un vent porteur sur l’étendoir où nos draps ne désenclavaient pas. L’air par les narines de la taille avait repeigné sa tignasse afro- saule. Quand c’est 14 Juillet mes deux mains artificent…

N-L – 14/07/18

9 réflexions sur “Par la taille

Les commentaires sont fermés.