CRI D’AMOUR


c24ae5e0fbf39c4bcb2408c5e95e7060CRI D’AMOUR

CRI D’AMOUR

A la passion du verbe d’aimer
A son adieu devant la vérité
L’amour est tombé au champs de guerre
Encore vivant, pas plus tard qu’hier
Le voici, couché dans le silence d’une pierre
Sur laquelle, j’ai dansé en prières
Et qui ne m’a pas répondu
Me laissant sans souffle rendu
Et le vent porte nos mots
Jusqu’au grand piano
Qui ne joue plus sur mes lèvres
Manquantes de tes sourires
Et de notre horizon de rires
Il y a tant d’amour dans ce trou
Et aucune source pour faire jaillir un rendez vous
J’ai bien avancé vers ce qui me rapproche de toi
De temps en temps, tu te poses sur moi
A travers les rêves de nos émois
Je me bouleverse alors de ce qu’il est resté
Mort ou vivant, tu restes à me porter
A chaque chute, c’est par toi que je peux me relever
Et sans relâche, je danse sur notre amour
Toi dans la terre et moi, dessus sous le soleil
Il suffirait de presque rien pour que tu me vois encore belle
De presque rien, pour que j’aille me perdre dans le ciel
Et t’y rejoindre pour danser encore quelques pas
Te déposer mon coeur dans tes bras
Et me laisser emporter vers là, où on ne va qu’une seule fois
Mon amour ne t’inquiète pas
Je n’ai nulles peurs de rester sans toi
Puisque chaque jour, je me réveille
Puisque chaque soir, je m’endors
Près de toi, comme bougie qui veille
Et rien ne nous sépare jamais………Même la mort
Ni mes amours, ni ma vie dont un jour, je sors
Pour venir te raconter ce que j’ai fait, pendant que tu dors

Lou Mishel

MA BELLE OUVERTE


 

5b24ec09c086952c21919059b22d1772

 

MA BELLE OUVERTE

Ma belle ouverte en majuscule
Je sens
La nuit courir sous mes doigts
Ils crient devant toi gesticulent
Et ciel
Je veux mourir dans tes bras

Toi ni jalouse ni méchante
Je peux
Presque tout dire sur toi
Je te fais l’amour je te vante
Oui mais
Je parle d’autres parfois

J’ai au creux des mains les images
Qui font
Que mes accords sont brisés
Merci pour chacun des orages
Que je
Fais sur ton dos de damnée

Je dis ce que je ne dis pas
Le jour
En toi se tue la censure
Je suis l’amour j’ai tous les droits
Ma vieille
Je l’aime oh oui je le jure

Ma belle ouverte aux amertumes
Comme aux
Sentiers de sang sentiers d’or
Je crache un peu sur ton écume
Enfin
Je vois ce que voient les morts

Je te trahis tu m’abandonnes
Et femme
Je me noie dans tes brouillards
C’est grâce à toi que je me donne
A tous
A la fin de toute histoire

Et tant qu’aux néons de tes anges
Tout seul
J’irai me crever les yeux
De toutes les morts qui dérangent
Je ne
Craindrai que la mort des feux

A ce feu qui met en lumière
Les cœurs
Les cris les vœux défendus
Je voudrais faire une prière
Et dire
Merci de m’avoir tenu

L.L.P