FA DO


006b294738bf369b4ea19f6d52caa810

 

FA DO

Au-delà des bitumes enveloppant l’acide des paumes, demeure un claquement de bois qui ne casse. Aux poutres du plafond bas le parquet de la chambre emboîte au rêve comme une invitation à danser. Quand le chien sera mort chercher qui le remplacera met en niche dans l’allée N°13 du cimetière des éléphants roses. Le locataire de l’instant qui passe joue du piano barre. Demain je ne sortirai pas le cheval, je le libérai ce soir de la statue équestre où le roi l’a scellé comme piédestal. Avant que parte notre passage faut remplir sa case de tout ce qu’on s’est promis de cocher. En sortant nue sous ta robe les mauvais plis ont quitté le mouvement de tes retenues. Je viens des Corbières dans le thym sauvage de mon allure équine. Mélancolie derrière la sierra, ça pousse à quai, Cap au vers…

N-L – 24/06/18

7 réflexions sur “FA DO

Les commentaires sont fermés.