Un cheval au devant


La rue que les coquelicots bordent de leurs mains retient un émoi palpable au porche de la pensée traversière. Assis sur le trottoir un musicien tourne l’heure.

Le cri du rémouleur est sorti par la fenêtre de la maison bleue

Un instrument accorde son concours à la voix féminine

Ne s’accordent plus que la poussée du vent et l’aspiration de l’air. Tout le reste est comme ces livres jamais lus entassant les rayons.

La grosse pierre de craie se taille en bâton à écrire des marelles. Sur le macadam dorment des bouts d’orées pleines d’espoir de rejoindre la menthe sauvage. M’y voila entré tout entier. Quelle fraîcheur au nez !Au point d’en ressortir tout barbouillé en découvrant la profusion du rosier.

Je garde les consonnes de ton corps aux voyelles de ma barbe. L’enfant s’endort contre sa mère.

Niala-Loisobleu – 06/06/18

VIGILANCE


Ga host story by nitchwarmer

VIGILANCE

 

Rage du temps, qui se fait la lumière sans mâcher

il fait gris

pourtant je vais sans buter aux nuages

Les oiseaux qui restent chantent encore en installant des perchoirs pour que les chiens ne puissent les prendre même avec du sel sur la queue

Toi tu te tiens au sec sous ta douche, le café fume  du brun…

 

Niala-Loisobleu – 6 Mai 2018