Toi et moi en aria ça fait une m’aime voix.


15027400_1898944423660297_8550155386343187901_n

Toi et moi en aria ça fait une m’aime voix.

 

On a du faire nuit à bord d’un bateau non fantôme, moment idéal où la forte chaleur s’écrase pour redonner respiration au corps. Les caprices de la lunaison ont peut-être joué mais comme on avait pas un seul pied dans  la merde….on est resté à l’abri.

-Halo, ici le grand chariot, détèle d’une voix mise en étoiles si filantes qu’on en percevait les mots en syncopé.

En fait si quelque malice s’ingénie à déguiser la nudité pur en ayant l’art machiavélique de la perversité accomplie, ce s’ra tant pis pour elle. C’est la vie reprenait le choeur des groupies stigmatisé par le prompteur. Toi et moi en aria ça fait une m’aime voix.

Au matin, je te réveille sans un maux, bon jour…

 

Niala-Loisobleu – 30 /06/18

 

CRI D’AMOUR


c24ae5e0fbf39c4bcb2408c5e95e7060CRI D’AMOUR

CRI D’AMOUR

A la passion du verbe d’aimer
A son adieu devant la vérité
L’amour est tombé au champs de guerre
Encore vivant, pas plus tard qu’hier
Le voici, couché dans le silence d’une pierre
Sur laquelle, j’ai dansé en prières
Et qui ne m’a pas répondu
Me laissant sans souffle rendu
Et le vent porte nos mots
Jusqu’au grand piano
Qui ne joue plus sur mes lèvres
Manquantes de tes sourires
Et de notre horizon de rires
Il y a tant d’amour dans ce trou
Et aucune source pour faire jaillir un rendez vous
J’ai bien avancé vers ce qui me rapproche de toi
De temps en temps, tu te poses sur moi
A travers les rêves de nos émois
Je me bouleverse alors de ce qu’il est resté
Mort ou vivant, tu restes à me porter
A chaque chute, c’est par toi que je peux me relever
Et sans relâche, je danse sur notre amour
Toi dans la terre et moi, dessus sous le soleil
Il suffirait de presque rien pour que tu me vois encore belle
De presque rien, pour que j’aille me perdre dans le ciel
Et t’y rejoindre pour danser encore quelques pas
Te déposer mon coeur dans tes bras
Et me laisser emporter vers là, où on ne va qu’une seule fois
Mon amour ne t’inquiète pas
Je n’ai nulles peurs de rester sans toi
Puisque chaque jour, je me réveille
Puisque chaque soir, je m’endors
Près de toi, comme bougie qui veille
Et rien ne nous sépare jamais………Même la mort
Ni mes amours, ni ma vie dont un jour, je sors
Pour venir te raconter ce que j’ai fait, pendant que tu dors

Lou Mishel

MA BELLE OUVERTE


 

5b24ec09c086952c21919059b22d1772

 

MA BELLE OUVERTE

Ma belle ouverte en majuscule
Je sens
La nuit courir sous mes doigts
Ils crient devant toi gesticulent
Et ciel
Je veux mourir dans tes bras

Toi ni jalouse ni méchante
Je peux
Presque tout dire sur toi
Je te fais l’amour je te vante
Oui mais
Je parle d’autres parfois

J’ai au creux des mains les images
Qui font
Que mes accords sont brisés
Merci pour chacun des orages
Que je
Fais sur ton dos de damnée

Je dis ce que je ne dis pas
Le jour
En toi se tue la censure
Je suis l’amour j’ai tous les droits
Ma vieille
Je l’aime oh oui je le jure

Ma belle ouverte aux amertumes
Comme aux
Sentiers de sang sentiers d’or
Je crache un peu sur ton écume
Enfin
Je vois ce que voient les morts

Je te trahis tu m’abandonnes
Et femme
Je me noie dans tes brouillards
C’est grâce à toi que je me donne
A tous
A la fin de toute histoire

Et tant qu’aux néons de tes anges
Tout seul
J’irai me crever les yeux
De toutes les morts qui dérangent
Je ne
Craindrai que la mort des feux

A ce feu qui met en lumière
Les cœurs
Les cris les vœux défendus
Je voudrais faire une prière
Et dire
Merci de m’avoir tenu

L.L.P

Ne me parlez pas de l’injustice…


f072388aa8fa167850750db422481253

Ne me parlez pas de l’injustice…

 

Je veux un jardin qui se noue d’une couleur à rapprocher la mer pour parer à tout. Les fourmis ont du avoir une part décisive dans la construction des pyramides. Ce n’est pas la Volga, mais quelque chose du Nil qu les batelières chantent en choeur. A quel âge la vie arrête de s’emparer de ce qui ne la regarde pas. L’idée qu’on a des choses de soi, quoi qu’on décide d’en faire, à un sens strictement personnel. Peu importe l’impression que ça peut générer sur les autres, on se défend. Les heures d’une balançoire sont autrement plus décisives qu’un assaut repoussé.Et tandis que l’enfant constate, il ne faut pas que la craie s’écrase dans une marelle qui s’efface. Les poupées tout comme les sabres en papier conviennent davantage aux immatures qui craignent de voir leur progéniture se montrer adulte. On est pas en retard à un rendez-vous au quart quand dans le calme inconnu de la demie on a pas cherché à s’enfermer dans la chasse d’eau. Les heures ne durent pas  le même tant selon le mur qui retient la pendule. Une mer qui se rapproche n’est-ce pas la meilleure façon de lutter contre la fatigue de la route. Ne me parlez pas de l’injustice…

Niala-Loisobleu – 28/06/18

MATINALE


e28196b31f17fc3dc0790b2230bd5769

MATINALE

 

Sorti de mon bonjour matinal à ce Jeudi, à peine avais-je posé mon regard sur le jardin que je vis sortir un papillon bleu de derrière la clématite de la terrasse.

Fort de ce signe augural j’allais donner lumière à l’atelier. Le vert laissé hier avant de fermer, transparaissait dans la pénombre.

Allons tout semble avoir envie de vivre , me dis-je, Serge  a laissé son image dans ce mouroir.

J’ai tourné ma pensée de ton côté, c’est l’instant que tes lèvres ont choisi pour m’embrasser. Tout semblait apaisé, le tilleul se laissait doucement réveiller par les oiseaux qui l’habitent.

Toute de bleu vêtue je t’ai regardé, laissant ton coeur pousser les volets…

Niala-Loisobleu – 28 Juin 2018

 

 

RAS-RONDIN


IMG-0934

 

RAS-RONDIN

 

Feu fit le peloteur d’exécution en glissant sa main d’un oeil tourné vers l’autel, tandis que de l’autre, le plus libidineux, il l’avait entré au tabernacle en signe de croix. Le peintre traversa la route en tapant du pied pour que le marais rattrape le condamné, pauvre ras -rondin, qui aurait été mis au feu comme une sorcière au temps des messes noires auxquelles seule la maîtresse du roy avait le droit de donner ses bâtards en supplice. C’est justice fête. Alors se rappelant Prévert, il signa en bas du tableau. Ceci n’est à prendre qu’en conte d’hauteur…

 

N-L – 27/06/18