Estran demandé ?


P1040763

Estran demandé ?

 

 

Mains levier, je désenlise l’esprit de l’idée

nos outils de déviance fabriquent des objets

à partir d’une fonction organique

Je peins à poils, de la martre acrobate et du pore épique

je peins de mon cœur à la rage du couteau

de mon âme qui a bu et mon oreille qui voit de la main gauche

jamais sèche la toile claque comme au lavoir

l’idée que de foi la Muse humidifie s’étale en dehors de la vue, de mer et d’écume
pont vertébré et cales d’amphores, seins en prou, guettant que taire, 
assise dans l’espace porté du tapis envoyant son volant d’embruns…

Niala-Loisobleu – 23/06/18

Ô BON JOUR


afbfd6edc4e5805a2e14ad0b05dc0ecf

 

Ô BON JOUR

 

Matin qui s’ouvre , les boutons de la chemise

sur la poitrine

des fleurs heureuses d’être aux poils, il fait assez frais pour une chaleur qui va venir

non c’est à toi de cueillir pour te faire un bouquet

Dans la fourche du cerisier ce n’est pas l’araignée qui a tissé

je prends ce chemin embaumé…ô bon jour…

 

Niala-Loisobleu – 23/06/18

 

 

Ainsi sont


Le lambda pris par le gobe-menu tentateur des restos donne au bord de mer une accalmie de serviettes. J’en profite pour me tremper nu comme je suis sans que mon signe de naissance soit interdit de nage a cause des enfants. Faut dire qu’en vérité ils s’en foutent. C’est l’âge où la différence a pas besoin de se cacher dans une culotte.

Ainsi là, avec le vent, je vide la poche du caillou épineux.

Ma tête a été trop lourde à porter. Un écrase -poitrine en entrave ça vous enclos à suffoquer. Sans qu’on veuille, voir qu’on fait souffrir c’est atrocement déplacé, au point d’avoir de cesse de ranger. Et ranger c’est pas l’ordre tel qu’on le souhaite.

J’aime le rangement du naturel.

N-L – 22/06/18

PANNE DE SEXE HEUR


 IMG-0902

PANNE DE SEXE HEUR

 

N’importe comment déshabillée l’oreille louche comme si le né aurait tenu à la petite écuyère en argent

l’amer monte, le safran s’échappe, renversant la coque au gouvernail démâté, Moby Dick je t’aurais, crie le vitrier en remontant le trottoir

lasse la rampe laisse choir

l’escalier rétrécit, rien à faire le truc en plumes est en manque de largeur, la nuisette n’a pu empêcher qu’un poil se marche sur la langue

quand les yeux se sont éteints, une panne de sexe heur a soufflé sur la flamme genre saut d’eau pour décoller les chiens en proie à jouer dans le rut

Comme un oiseau que le vent a mis au bord des rives paisibles de la Charente, un reflet joue du cornet chocolat-vanille, se remplir la barbe d’un parfum commun à la route de la soie

Délice d’hâler cru nu bord de mer sans besoin de gilet…

 

Niala-Loisobleu – 22 Juin 2018

COMMENT S’HABILLER ?


d828b44259b82cdb750dec4bfba107bf--max-ernst-collage

COMMENT S’HABILLER ?

 

L’instant d’un passage respirable laisse la possibilité de regarder l’éclat des fleurs

à quelques pas le rouleau compresseur est visible du temps lourd

le haut des arbres n’en cache pas l’étouffement prêt à surgir

On attend le soleil dans la désolation grise et pluvieuse qui ajoute ses heures à en faire des jours

et au premier rayon un froid chronique se manifeste comme une forme de regret

instable adaptation des possibles

Il n’y a pas d’accord en soi-même en réalité…

Niala-Loisobleu – 22 Juin 2018