IL ME SOUVIENT DU VIEUX PAYS


IL ME SOUVIENT DU VIEUX PAYS

Ô mer, ne reste-t-il que sable sur le sable
Pour écrire l’Histoire ? Ô mer sauvée des fables
Quelle écume, à nos pieds, se souvient du chaos ?

Les galets du soleil captent d’autres lumières
Les goémons frottent leurs insectes par milliers
Ce vieux pays en moi
Mais c’est toute la mer !
Le flux et le reflux imposent ma prière
Paysans et pêcheurs savent comment l’aimer.

Dites-moi, mes amis, ce pays vers la mer
Ce pays dans la mer, comment y revenir ?
Rebâtir sur le roc villages de naguère
Qui parle dans mon cœur soudain de rebâtir ?
Prendrai-je le chemin qui nous aide à mourir ?
Suis-je déjà trop loin sur la route éphémère ?

Une rivière va, son bruit blanc, sur les pierres.

Charles Le Quintrec

2934004a400c61d1238f01c6732a103f

Ta joue granite rose à la côte de mes yeux

mer au lointain qui tire à lui pour accoster

si tes pores n’existaient pas j’aurai péri, ne laissant qu’un reste en vague qu’on vient pour y baigner

je t’habite en claire

au travers d’une passe où l’algue déploie  couleur et parfum en un mouvement de coquille

A la pointe sauvage le chenal qui te divise en deux anse le seuil de la seule porte à vivre.

Niala-Loisobleu – 10 Mai 2018

 

10 réflexions sur “IL ME SOUVIENT DU VIEUX PAYS

Les commentaires sont fermés.