7 réflexions sur “Jean COCTEAU – Souvenirs du poète 1/2 (RTS, 2015)

  1. Batterie

    Soleil, je t’adore comme les sauvages,
    à plat ventre sur le rivage.

    Soleil, tu vernis tes chromos,
    tes paniers de fruits, tes animaux.

    Fais-moi le corps tanné, salé ;
    fais ma grande douleur s’en aller.

    Le nègre, dont brillent les dents,
    est noir dehors, rose dedans.

    Moi je suis noir dedans et rose
    dehors, fais la métamorphose.

    Change-moi d’odeur, de couleur,
    comme tu as changé Hyacinthe en fleur.

    Fais braire la cigale en haut du pin,
    fais-moi sentir le four à pain.

    L’arbre à midi rempli de nuit
    la répand le soir à côté de lui.

    Fais-moi répandre mes mauvais rêves,
    soleil, boa d’Adam et d’Eve.

    Fais-moi un peu m’habituer,
    à ce que mon pauvre ami Jean soit tué.

    Loterie, étage tes lots
    de vases, de boules, de couteaux.

    Tu déballes ta pacotille
    sur les fauves, sur les Antilles.

    Chez nous, sors ce que tu as de mieux,
    pour ne pas abîmer nos yeux.

    Baraque de la Goulue, manège
    en velours, en miroirs, en arpèges.

    Arrache mon mal, tire fort,
    charlatan au carrosse d’or.

    Ce que j’ai chaud ! C’est qu’il est midi.
    Je ne sais plus bien ce que je dis.

    Je n’ai plus mon ombre autour de moi
    soleil ! ménagerie des mois.

    Soleil, Buffalo Bill, Barnum,
    tu grises mieux que l’opium.

    Tu es un clown, un toréador,
    tu as des chaînes de montre en or.

    Tu es un nègre bleu qui boxe
    les équateurs, les équinoxes.

    Soleil, je supporte tes coups ;
    tes gros coups de poing sur mon cou.

    C’est encore toi que je préfère,
    soleil, délicieux enfer.

    Jean Cocteau (1889-1963)

    Aimé par 1 personne

  2. A être fou au moins je saurais qui je suis, ce temps de creux en attachant le moindre déplacement d’air est étouffant. Il ne se passe qu’attente, le soleil présent mais en état de siège, ne pouvant choisir d’être libre de l’ombre…j’ai pourtant le sentiment d’avoir l’âge de choisir…
    Merci Barbara le cheval est allé au labourage, sans ménager ses reins. C’est fou…

    VOICI L’AGE

    Voici l’âge des fous charmants.

    Tu as leur âge.
    Es-tu fou ?

    Voici l’âge du tohu-bohu.

    Tu as le désordre.
    As-tu son âge ?

    Voici l’âge de raison la vraie.

    Tu as raison.
    Es-tu la vérité ?

    Voici l’âge des palissades.

    Tu es la rue.
    Es-tu le ciel au-dessus du mur?

    Voici l’âge où le rêve est celui des maisons.

    Tu as une maison.
    Vis-tu ton rêve ?

    Voici l’âge du marquis de
    Sade.

    Tu es sans plaisir.
    As-tu la liberté ?

    Voici l’âge des morts dans la rue.

    Tu cours dans le vent.
    Est-ce la mort qui t’attrape?

    Voici l’âge des amants déments.

    Tu es nu.
    T’es-tu jamais déshabillé ?

    Voici l’âge de l’abordage.

    Tu dis des mots qui ne sont pas humains.

    Voici la grève des maquis.

    Tu ne suis pas les saisons.

    Voici les chars et la police.

    Tu as mis ton cœur dans ta tête.

    Tu fuis comme un voyou.

    Voici l’âge où je m’en fous.

    J’en ai assez.
    Qu’on m’arrête.

    Qu’on m’arrête avec la foule.

    Jean Cocteau

    Aimé par 1 personne

    • Entre un arrière-goût de marais se glisse le chatouillement des lentilles
      un héros cendré fait nix
      il s’envole
      en éventtail dans les herbes où les limousines ne cherchent pas les trains
      l’espace demeure tranquille
      il y manque un froissement de tissu imprimé
      la robe affleure…
      Bonne soirée ma Barbara.

      Aimé par 1 personne

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s