QUAND LE VENT FORCE LES FENÊTRES


790013

QUAND LE VENT FORCE LES FENÊTRES

Quand le vent force les fenêtres,

annoncé par tant de portes, tant de forêts battantes,

et que le soir passe sa tête

dans ce qui reste, immobile et défiguré,

Quand la rue s’accroche aux lumières qui, d’un seul coup, tirent à elles tout le ciel, lourdes du feu qui s’écoule des carreaux, étranges prisonniers au long des
villes,

il faut dominer l’amour, le dénuder

du sang qui en fait une soif sans remède,

le jeter aux gueules du sexe

comme un vivant qui s’éveille en plein incendie,

il faut oublier les mots trop tendres

qui tremblent dans la bouche comme des feuilles

et, crispé sur la chair comme les racines autour de la terre,

il faut fermer la femme à la clarté du jour.

Dans la ville, que le soir rassemble en hâte autour des murs, autour des lampes livides, la pluie tombe, transpercée de vent et le monde comme un tunnel rampe dans la nuit.

 

Lucien Becker

7 réflexions sur “QUAND LE VENT FORCE LES FENÊTRES

Vos commentaires seront toujours les bienvenus

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s