APRES MA MORT


APRES MA MORT

Henri Michaux

 

Je fus transporté après ma mort, je fus transporté non dans un lieu confiné, mais dans l’immensité du vide éthérique.
Loin de me laisser abattre par cette immense ouverture en tous sens à perte de vue, en ciel étoile, je me rassemblai et rassemblai tout ce que j’avais été, et ce que j’avais
été sur le point d’être, et enfin tout ce que au calendrier secret de moi-même, je m’étais proposé de devenir et serrant le tout, mes qualités aussi, enfin
mes vices, dernier rempart, je m’en fis caparace.

Sur ce noyau, animé de colère, mais d’une colère nette, que le sang n’appuyait plus, froide et intégrale, je me mis à faire le hérisson, dans une suprême
défense, dans un dernier refus.

Alors, le vide, les larves du vide qui déjà poussaient tentaculairement vers moi leurs poches molles, me menaçant de l’abjecte endosmose, les larves étonnées après
quelques vaines tentatives contre la proie qui refusait de se rendre, reculèrent embarrassées, et se dérobèrent à ma vue, abandonnant à la vie celui qui la
méritait tellement.

Désormais libre de ce côté, j’usai de ma puissance du moment, de l’exaltation de la victoire inespérée, pour peser vers la
Terre et repénétrai mon corps immobile, que les draps et la laine avaient heureusement empêché de se refroidir.

Avec surprise, après ce mien effort dépassant celui des géants, avec surprise et joie mêlée de déception je rentrai dans les horizons étroits et fermés
où la vie humaine pour être ce qu’elle est, doit se passer.

Henri Michaux

A PEINE – BARBARA


A PEINE

A peine le jour s’est levé,
A peine la nuit va s’achever
Que déjà, ta main s’est glissée,
Légère, légère.
A peine sorti du sommeil,
A peine, à peine tu t’éveilles
Que déjà, tu cherches ma main
Que déjà, tu frôles mes reins.L’aube blafarde, par la fenêtre,
L’aube blafarde, va disparaitre.
C’est beau: regarde par la fenêtre.
C’est beau: regarde le jour paraitre.

A chaque jour recommencé,
A se vouloir, à se garder,
A se perdre, à se déchirer,
A se battre, à se crucifier.
Passent les vents et les marées.
Mille fois perdus, déchirés,
Mille fois perdus, retrouvés,
Nous restons là, émerveillés.

Mon indocile, mon difficile
Et puis docile, mon si fragile,
Tu es la vague où je me noie,
Tu es ma force, tu es ma loi.

A peine le temps s’est posé,
Printemps, hiver, automne, été.
Tu t’en souviens? C’était hier,
Printemps, été, automne, hiver.
A peine tu m’avais entrevue,

Déjà, tu m’avais reconnue.
A peine je t’avais souri
Que déjà, tu m’avais choisie.

Ton indocile, ta difficile
Et puis docile, ta si fragile,
Je suis la vague où tu te noies,
Je suis ta force, je suis ta loi.

Dans la chambre, s’est glissée l’ombre.
Je t’aperçois dans la pénombre.
Tu me regardes, tu me guettes.
Tu n’écoutais pas, je m’arrête.
Au loin, une porte qui claque.
Il pleut, j’aime le bruit des flaques.
Ailleurs, le monde vit, ailleurs
Et nous, nous vivons là, mon coeur
Et je m’enroule au creux de toi
Et tu t’enroules au creux de moi.

Le temps passe vite à s’aimer.
A peine l’avons-nous vu passer
Que déjà, la nuit s’est glissée,
Légère, si légère.
Ta bouche à mon cou, tu me mords.
Il fait nuit noire au dehors.
Ta bouche à mon cou, je m’endors.
Dans le sommeil, je t’aime encore.

A peine je suis endormie
Que déjà, tu t’endors aussi.
Ton corps, à mon corps, se fait lourd.
Bonsoir, bonne nuit, mon amour…

 https://www.youtube.com/watch?v=xhmhjiruK74

JARDIN PAUVRE


 friche1

JARDIN PAUVRE

par N-L – 21/04/18

Au bout du chemin

les hautes herbes ne cachent pas le portillon délabré

j’entre

et découvre mon nom gravé sur la friche

Signé… »Un certain Andrea Couturet… »

Je lève la tête

ça tombe à

PLEINE EAU

Le cri d’un coq traîne par les rues vides, dans cette chaude après-midi de juin où il n’y a personne.
Le silence, profond comme un grenier à blé abandonné, gorgé de chaleur et de poussière.
Quel désœuvrement sous les voûtes basses de ces tilleuls, sur ces marteaux de portes où bâillent mille gueules de bronze !
Quel après-midi de dimanche distingué, qui fait rêver de gants noirs à crispins de dentelles aux bras des jeunes filles, d’ombrelles sages, de parfums inoffensifs, des
steppes arides du cinq à sept !
Seul un petit nuage, alerte, blanc, — comme le nageur éclatant porté sur l’écume ombre soudain de stupidité la foule plantée sur la plage — couvre de
confusion tout à coup le paysage endormi et fait rêver d’extravagance au fond de l’avenue un arbre qui n’a jamais encore volé.
Julien Gracq

 

JARDIN RICHE


A2-Niala 133 (2)

JARDIN RICHE

D’un peint

les mains dans la terre

tout ce matin

j’ai pétri la motte

pensant à tout ce qui y entre et et en sort…

Niala-Loisobleu – 21 Avril 2018